Le cinéma en deuil : Kalthoum Bornaz n’est plus

Slown

La scénariste la réalisatrice tunisienne Kalthoum Bornaz est décédé aujourd’hui, 3 septembre, au Centre de traumatologie et des grands brûlés, à Ben Arous suite à l’explosion d’une bouteille de gaz à son domicile.

Née en 1945 Kalthoum BORNAZ fait des études de lettres à Tunis puis de cinéma en France d’abord à l’IDHEC puis à l’Université de Paris III. En 1968, elle obtient son diplôme de fin d’études de Script et Montage. Elle rejoint la télévision française avant de devenir assistante durant le tournage de plusieurs longs métrages (pour les réalisateurs Ferchiou, Ben Ammar, Khemir, Chabrol, Zeffirelli et Moati) et comme monteuse pour une douzaine de courts métrages et plusieurs autres longs métrages. Depuis 1968, en Tunisie et à l’étranger, elle occupe dans de nombreuses productions tunisiennes et internationales les postes de scripte, 1ère assistante de réalisation et monteuse.

Elle participe notamment au montage de “Vendredi ou la vie sauvage” de G. Vergès, “Pirates” de R. Polansky et “La Barbare” de M. Darc, et comme scripte ou assistante à la réalisation de “Les Magiciens” de C. Chabrol, “Jésus de Nazareth” de F.Zeffirelli, “Les Baliseurs du désert” de N. Khémir, etc.

Après cette longue expérience de technicienne, elle débute une carrière de réalisatrice de courts et moyens métrages : “Couleurs fertiles” (1984), “Trois personnage en quête d’un théâtre” (1988), “Regard de mouette” (1991), “Un Homme en or” (1993), “Nuit de noces à Tunis” (1996). “Keswa – Le Fil perdu” / Kiswâ al-khayt al-dhâi’ (1997) était son premier long métrage.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here