Néji Jalloul : Plus de 100 mille cas d’abandon scolaire précoce par an

Qu’elles soient personnelles, familiales, scolaires ou reliées au niveau de vie, les causes de l’abandon scolaire sont multiples et variées. De nombreux facteurs augmentent la probabilité qu’un jeune abandonne ses études. Le ministre de l’Education évoque le phénomène lors d’un colloque organisé à l’occasion de la Journée nationale de la femme à Ben Arous, ayant pour thème : « L’abandon scolaire chez les filles et les moyens à mettre en œuvre pour lutter contre ce phénomène de déscolarisation précoce. »

Le ministre de l’Education Néji Jalloul a annoncé, dans la soirée du vendredi 14 août 2015,  que selon les estimations de son ministère, des centaines de milliers de cas d’abandon scolaire volontaire et précoce, sont enregistrés chaque année.

Il a insisté sur l’importance de prendre des mesures radicales, afin de lutter contre ce phénomène et prévenir les jeunes filles surtout de quitter l’école prématurément, en insistant sur la nécessité de prendre les mesures nécessaires et strictes pour empêcher les filles d’abandonner précocement l’école.

Selon le ministre, les raisons qui poussent les jeunes filles à abandonner l’école, notamment dans les milieux ruraux et dans les gouvernorats intérieurs, sont dues à des facteurs sociaux, tels que la médiocrité des transports scolaires, l’insalubrité de la nourriture servie dans les cantines des établissements scolaires et les conditions matérielles des familles nécessiteuses en général.

Dans le même sillage, Néji Jalloul a mis en garde les cadres enseignants affectés à Sidi Bouzid, à Kasserine ou à Remada par exemple, qui s’attarderaient pour y regagner leur postes, soulignant que son ministère travaille pour améliorer le transport des élèves et améliorer les conditions d’éducation et d’enseignement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here