Surabondance de pétrole : Ryad et Bagdad pointés du doigt

Dans son rapport mensuel publié hier, jeudi, l’Agence internationale de l’énergie ( AIE ) vient de confirmer que l’offre mondiale de pétrole, par rapport à la demande, s’établit désormais entre 1,5 et 2 millions de barils par jour et peut justifier un baril entre 45 et 50 dollars. Les mis en cause dans cette surabondance ne sont autres que « les principaux membres de l’OPEP, Arabie Saoudite et Irak en tête », affirme l’ AIE.

Selon ce rapport, relayé par notre confrère algérois Al Watan, ces deux pays seraient en train de procéder à des « pompages musclés » et aucun « ralentissement » de la production n’est décelé « depuis que l’Organisation a décidé, en novembre dernier, de ne pas réduire sa production pour contrer l’expansion du pétrole de schiste ».

L’AIE précise, cependant, qu’un processus de « rééquilibrage a clairement commencé », en ce sens que l’offre de pétrole en provenance de pays non membres de l’OPEP devrait « décélérer jusqu’à la fin de l’année et décliner en 2016 », en particulier aux Etats-Unis. Le rapport de l’AIE fait remarquer, néanmoins, que ce processus de rééquilibrage est « susceptible de se prolonger compte tenu d’une offre excédentaire qui devrait perdurer tout au long de 2016 » et conduire à une accumulation des stocks de pétrole.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here