Témoignages de success stories

Trois femmes tunisiennes ont présenté leurs Succes Stories, lors d’une cérémonie organisée par Le courant démocratique ( Mohamed Abbou ), à l’occasion du 13 août. Chacune d’elle est venue d’un univers professionnel différent du domaine du sport, en passant par l’entrepreneuriat et de la société civile.  Elles ont exprimé leurs exploits, leurs parcours et les difficultés auxquelles elles se sont trouvées confronté. Les témoignages présentés montrent bel et bien que les femmes tunisiennes ont  franchi un pas important vers la réussite et vers l’émancipation. Cependant, un long chemin reste à parcourir pour atteindre l’égalité et la parité.

Amel Ben Raguez : quand études riment avec passion pour le sport

Amel Ben Raguez L'Economiste MaghrébinAgée de 21 ans, Amel Ben Raguez allie excellence dans ses études en économie à l’IHEC et sa participation à l’équipe nationale de Handball. Cette jeune femme a indiqué que depuis le début de son parcours elle a essayé de concilier ces deux domaines, à savoir le sport et les études et elle estime qu’elle a pu réaliser des performances. D’ailleurs son parcours sportif a commencé à partir de l’âge de 12 ans, avec l’association sportive de la Manouba, et à 15 ans Amel faisait déjà parti de l’équipe nationale et a participé à deux championnats d’Afrique et à   deux championnats du monde. Concernant les études, la Jeune Amel a obtenu son baccalauréat avec mention Très Bien en 2013.

«  Mon parcours n’était pas facile du tout. Heureusement, mes parents m’ont épaulée et m’ont beaucoup aidée » dit-t-elle. Cependant, Amel pointe du doigt un écart considérable entre les hommes et les femmes et c’est ce qu’elle a constaté pendant son parcours de femme sportive. D’après Amel, les encouragements et les motivations accordés aux athlètes hommes sont plus intéressants que ceux accordés aux femmes. A tous les niveaux logements, primes sportives…, les inégalités de rémunération persistent. Pour illustrer son propos, elle a déclaré que lorsque l’équipe nationale de Handball féminine a remporté le championnat d’Afrique, les rémunérations accordées étaient moins intéressantes que celles de l’équipe masculine. « J’espère que la situation s’améliorera », conclut-t-elle.

Ahlem Ben Kheder : l’égalité entre homme et femme dans l’entreprise est un leurre

Ahlem Ben Kheder L'Economiste MaghrébinAvant d’ouvrir sa propre entreprise, Ahlem a eu une expérience de 15 ans avec une entreprise privée. Pour cette femme, de nombreux chefs d’entreprise ne préfèrent pas accorder de grandes responsabilités aux femmes, même si la femme a bel et bien prouvé sa compétence. A titre d’exemple, elle note que pendant quelques réunions décisives, la gente féminine n’est pas convoquée. De même, elle a indiqué que les salaires ne sont pas les mêmes entre les hommes et les femmes, « les hommes sont bien mieux rémunérés que les femmes », indique-t-elle.

Raison pour laquelle Ahlem a senti qu’elle faisait face à une injustice et a décidé d’ouvrir sa propre entreprise, en abandonnant son poste de directrice d’achat dans son ancienne entreprise. Depuis 2012, Ahlem  est à la tête de sa nouvelle entreprise. « Maintenant je gère bien mes marchés et j’ai même signé des contrats avec l’entreprise où je travaillais », dit-t-elle. « J’appelle tous les jeunes à s’armer d’une volonté inflexible, afin de réaliser leurs rêves ».

Chaima Chaouachi : Il faut que la jeunesse s’impose dans le monde politique

Chaima Chaouachi L'Economiste MaghrébinCette jeune étudiante travaille avec plusieurs associations de la société civile pour la promotion de la femme. Au sein de ces associations, la femme a d’ailleurs un rôle principal. « Sincèrement, je m’indigne de cette fête de la Femme, car la femme tunisienne mérite qu’on la fête chaque jour à cause de son militantisme ». Intervenant au nom de l’association qu’elle représente, Youth Can, elle a affirmé que cette association fait de son mieux pour voir les jeunes aux postes de décision, chose qui de nos jours est encore trop rare. « Nos femmes donnent leur maximum pour impliquer les jeunes dans la vie politique et associative, en récoltant des signatures, en menant des campagnes de sensibilisation et en contactant toutes les parties prenantes ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here