Success Story : Eya Essif a concrétisé son grand rêve

Eya Essif (à gauche)

C’est une course sans fin. Aujourd’hui, les femmes s’affranchissent de plus en plus. Elles se révèlent pour leur sens de l’écoute et leur force de persuasion dans les postes de décision. Bref, les femmes aux commandes sont des leaders comme d’autres femmes entrepreneures.

eya-essifElle s’appelle Eya Essif, présidente directrice générale de l’entreprise l’éco-bois, spécialisée en moulage de bois, en particulier les palettes en bois moulé, une première start-up en Afrique et dans le monde Arabe. En 2013, elle a reçu le prix du G8 ” Woman of achievement award “. Interview

leconomistemaghrebin.com: Comment l’idée vous est venu de créer votre propre entreprise bien que ce métier soit un métier d’homme?

Eya Essif : En fait, je me suis focalisée plus sur l’innovation, les projets à forte valeur ajoutée, la création de la richesse, tout en respectant l’homme et la nature. Les palettes en bois moulé existent déjà en Europe, il n’y a que quelques entreprises. Je me suis dit pourquoi pas lancer cette idée en Tunisie.

Quand avez-vous commencé votre carrière d’entrepreneure ?

La création de l’entreprise a commencé dès 2009, mais sa création juridique date du 8 mars 2012, à l’occasion de la Journée internationale de la femme, après un parcours du combattant qui n’était pas évident, celui d’un guerrier qui ne baisse pas les bras.

Quelles étaient les difficultés que vous avez rencontrées ?

C’est devenu  un passage obligatoire, de traiter avec les banques, pour vendre votre produit et les convaincre que cela en vaut la peine. Cela n’a pas été chose facile de les convaincre.

Si vous deviez recommencer, referiez-vous le même parcours ou serait-il différent ?

Je préfère ce parcours, parce que d’abord j’ai dû affronter des obstacles et relever des défis. Et même si les distinctions ont été au rendez-vous, surmonter les difficultés a été une réussite pour moi.

Pourquoi avoir choisi l’éco-bois,?

Parce que notre article phare est la palette. Il est écologique et j’ai remarqué que ce secteur se développe de plus en plus à l’étranger. Lutter contre la déforestation est notre devise. Il faut dire que nous sommes spécialisés dans l’environnement et nous continuons dans cette voie. L’entreprise permet de créer de l’emploi dans la région, ce qui donne l’opportunité aux femmes rurales d’être plus autonomes et indépendantes.

Quels conseils donneriez-vous à ces femmes qui veulent créer leurs propres entreprises mais qui n’osent pas ?

Je leur dirais qu’il faut avoir du courage, de la persévérance, de la motivation et surtout “Osez”! Et peu importe les défis auxquels il faudra faire face.

Quelle est votre devise dans la vie ?

La persévérance et le travail.

Quelles sont vos valeurs ?

La modestie, la persévérance. Ensuite croire que le succès arrivera tôt ou tard car dès l’instant qu’on se tient debout on est fait pour réaliser des performances et battre des records, c’est cela ma devise.

Quels sont vos points forts ? Vos points faibles?

Mon point fort c’est de rêver, comme disait Martin Luther King “I have a dream”, cela commence toujours par un rêve. Mon point faible: s’adapter à l’environnement dans lequel nous évoluons.

Quelle est la personnalité qui vous inspire le plus?

Mon idole est Jaloul Ayed parce que c’est une personne déterminée et qui a bien réussi. Et la dame de fer Margaret Tatcher.

Pour renforcer l’entrepreneuriat au féminin, que faut-il faire ?

L’implication des jeunes est inévitablement incontournable, il faut les associer dès l’accès au collège et à prendre part réellement à la vie associative. Et c’est à partir de là qu’on commence à sélectionner la fameuse pépinière qui donnera plus tard de futurs managers. La Tunisie ne perdra jamais ses valeurs. Il faudrait faire en sorte de garder son patrimoine à exporter, car la Tunisie est une terre d’accueil, de paix et de tolérance et bien évidement de progrès.

Que représente le 13 août pour vous ?

En Tunisie, on n’a jamais pensé qu’il s’agissait de parité homme-femme. C’est grâce aux femmes que ce pays est structuré, nous avons 60 ans d’histoire depuis l’indépendance. Mais récemment, nous avons connu un petit fléchissement que nous sommes à même de redresser grâce aux femmes qui savent traiter les hommes avec beaucoup de diplomatie. Et c’est ainsi qu’il faut comprendre que la femme est toujours l’avenir de l’homme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here