Tunisie : dans le conflit CNAM/Pharmaciens, le dindon de la farce est le Tiers-payant

Le Syndicat des pharmaciens privés avait décidé, tout récemment de ne pas renouveler sa convention avec la CNAM, convention connue sous la dénomination de « tiers payant », permettant aux assurés de juste payer 30% de son ordonnance médicale, alors que la CNAM assurait le reste de la somme au profit des pharmaciens.

Entre le non-respect de paiement de pharmaciens dans les délais convenus et les levées de boucliers successives du syndicat rigide et intransigeant, n’y a-t-il pas lieu de se demander s’il ne s’agit pas d’une mascarade, quand la situation économique et sociale ne s’y prête pas et quand le pouvoir économique de l’assuré, déjà notoirement détérioré, n’est pas à même de supporter les retombée de sa privation de ce privilège ?

D’un côté, le Syndicat des pharmaciens d’officine de Tunisie reproche à la CNAM et au ministère de tutelle d’afficher une indifférence totale vis-à-vis de leurs revendications et à l’égard de la situation des pharmacies que le syndicat considère comme « devenue précaire ».
« Cette situation dure depuis plus d’une année et les pharmaciens avaient, l’année dernière, accepté de renouveler pour une année la convention, alors que la CNAM continuait d’accumuler beaucoup trop de retard pour payer les factures des pharmaciens », déplore le syndicat. Ajoutant que devant la persistance des problèmes, les pharmaciens officinaux ont été acculés à prendre cette mesure.

Par ailleurs, le syndicat accuse la Caisse nationale d’assurance maladie de rejeter intentionnellement, et pour des raisons totalement incompréhensibles, la plupart des dossiers qu’elle reçoit, dans le but de retarder le paiement.
« Les problèmes essentiels qui opposent les pharmaciens officinaux à la CNAM sont dus aux difficultés de trésorerie de la Caisse, accumulant ainsi beaucoup trop de retard pour payer les factures présentées par les pharmaciens. Ces retards atteignant, et dépassant parfois, les trois mois, au lieu des quinze jours stipulés par la convention », selon le syndicat.

Finalement, un accord semble avoir été trouvé, après que le dernier conflit a laissé planer le doute sur sa reconduction. C’est ainsi que le Conseil de l’Ordre des pharmaciens a publié la bonne nouvelle dans un communiqué qui mentionnait le« renouvellement de la convention avec la CNAM pour une période de trois ans. »

De son côté, le chargé de la communication à la CNAM, Younes Ben Nejma, a tenu à assurer qu’en effet, une nouvelle convention sera signée, lundi 17 août 2015, entre la CNAM et le syndicat des pharmaciens d’officine de Tunisie ( SPOT ).
« Cette crise n’est que momentanée et le problème est en voie de résolution, puisque, pas plus tard que le lundi 17 août 2015, une nouvelle convention concernant la formule tiers-payant sera signée entre la CNAM et le syndicat des pharmaciens d’officine de Tunisie et la convention s’étalera sur trois ans renouvelables », a-t-il assuré.

C’est à la suite d’une réunion tenue, vendredi dernier, que les deux parties sont parvenues à un accord sur les points litigieux, notamment ceux relatifs aux médicaments spécifiques et à la durée de la convention. Pour ce qui est des médicaments spécifiques destinés au traitement de certaines maladies comme l’Alzheimer, la stérilité, le cholestérol et la fragilité osseuse, Ben Nejma a fait savoir que les deux parties ont convenu de créer une commission regroupant toutes les parties concernées, à l’instar des ministères et partenaires sociaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here