Tunisie : à quand la mise en place d’un véritable tourisme culturel ?

Avec plus de 3000 ans d’histoire, ses côtes de 1500 kilomètres, ses sites archéologiques témoignant de la succession de plusieurs civilisations sur ses terres, quelques festivals internationaux, la Tunisie a plusieurs atouts pour devenir une bonne destination pour le tourisme culturel même si le chemin est encore long pour  y parvenir.

Bien évidemment, la Tunisie ne dispose pas des ressources de la Grèce ou de la France en matière de tourisme culturel. Ces deux pays et pour plusieurs raisons ont su développer une tradition de tourisme culturel à travers les années. Pour certains, évoquer le nom de Paris c’est l’associer à la Tour Eiffel, au château de Versailles, au musée du Louvre ou à la Seine. Pour d’autres, penser à la Grèce c’est l’associer immédiatement à son Acropole, Temple de Zeus et/ou son Parthénon.
Malheureusement pour le cas de la Tunisie, elle n’est encore associée, dans l’imaginaire du touriste, qu’aux plages vierges, au bronzage et à l’accueil chaleureux.

En 2015, l’histoire et la culture de la Tunisie ne riment pas encore avec tourisme. Et pour cause. Mohamed Ali Toumi, président de la Fédération tunisienne des agences de voyages (FTAV),  énumère les difficultés face auxquelles la promotion du tourisme culturel se trouve . Problème  principal : l’infrastructure car peu importe l’ampleur et le charme du site archéologique si le para-touristique ne s’est pas développé autour de lui : « Plusieurs sites archéologiques tunisiens ne comprennent pas les commodités nécessaires, à savoir  parking, café, restaurant et autres. À titre d’exemple,  nous pouvons faire la comparaison avec  le Colisée de Rome et le Colisée d’El-Jem qui ont la même valeur esthétique et historique. Cependant aux alentours du Colisée de Rome toute une activité para-touristique a été créée contrairement à celui d’El-Jem », argumente-t-il. Egalement, l’existence de sites archéologiques dans les régions intérieures devrait être un facteur pour la promotion de ces régions, mais cela passe encore une fois par  le  développement de l’infrastructure de ces régions.

Les agences de voyages tunisiennes sont-elles capables de commercialiser le tourisme culturel ? A cette question notre interlocuteur nous dit que  » oui tout à fait et on le fait mais on le fait timidement à cause de la formule du All inclusive, nous peinons à vendre des excursions au sud et ailleurs  « .

Pour instaurer et dynamiser le tourisme culturel tunisien, le chemin à parcourir est donc encore long : une coordination étroite entre le ministère du Tourisme et celui de la Culture s’impose : mettre en place un véritable tourisme culturel en puisant dans la profonde et riche histoire du pays. Il serait intéressant, à titre d’exemple,  de créer, dans le cadre du tourisme culturel, un musée de la révolution 17 décembre-14 janvier 2014.  Un musée où le visiteur étranger pourrait suivre les différentes étapes de la révolution à partir de l’étincelle jusqu’aux premières élections libres et démocratiques, par le biais de documents inédits, vidéos, livres, photographies, et autres supports. Une telle initiative pourrait remplir deux fonctions : la première est de rendre hommage et immortaliser la première révolution du monde arabe et la deuxième est d’apporter une nouvelle pierre à l’édifice du tourisme culturel.

En attendant une initiative publique ou privée qui emprunterait ce chemin, les autorités compétentes seraient bien avisées de remettre au goût du jour les demeures et palais beylicaux comme celui de Mhamdia, laissés honteusement à l’abandon.  Devoir de mémoire oblige…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here