” La démarche adoptée pour le recrutement d’un DG pour banque publique est dévalorisante”

Dans le cadre de la réforme bancaire et la mise en place d’un nouveau mode de gouvernance, le ministère des Finances a lancé un avis à manifestation d’intérêt pour le recrutement de nouveaux directeurs généraux pour ses trois banques publiques (la STB, la BNA et la BH). Les directeurs généraux sélectionnés auront pour mandat d’assurer la direction et la gestion desdites banques à la lumière des orientations stratégiques établies suite aux différentes opérations d’audit approuvées par les conseils d’administration concernés.

Interpellé par leconomistemaghrebin.com à ce sujet Moez Joudi, économiste et président de l’Association tunisienne de gouvernance, a exprimé une prise de position défavorable à cette démarche.  Pour l’économiste tunisien, ” le directeur d’une banque publique n’est pas un poste classique pour un recrutement classique surtout que la banque publique est une institution souveraine et importante “, affirme-t-il.
Pour notre interlocuteur, cette démarche est dévalorisante :  ” Ce n’est pas ainsi qu’on nomme les directeurs généraux des banques publiques surtout que ce poste a des dimensions politiques, économiques et managériales  “,  ajoute-t-il.
Moez Joudi a indiqué que le recrutement d’un directeur général d’une banque publique doit se faire par le bias d’une commission spécialisée qui va choisir parmi un groupe de hauts cadres en fonction dont la valeur est avérée  et  selon un certain nombre de critères : «  Le critère principal ne sera pas l’importance du CV ; le recrutement devrait aller au-delà des critères classiques, à un plus haut niveau », conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here