La manipulation du consentement, la manipulation de l’opinion publique … un acte malin ou bénin ?

Faut-il  des fois manipuler les peuples pour leur bien ? Paradoxalement, peut-on manipuler un peuple à des fins désastreuses ?

Le consentement est un acte qui est en rapport avec des actions de la vie où l’événement dépend en partie de nous et/ou de la volonté des autres. Le consentement signifie la conformité de sentiment, c’est à dire qu’on est d’accord avec l’entité (personne physique ou morale) qui demande le consentement.

Que se passerait-il et surtout comment un indivividu ou un groupe d’individus essayent-ils de manipuler et porter atteinte à l’intégrité du consentement d’une population ?

La manipulation d’un individu ou d’un groupe d’individus en vue d’obtenir son consentement s’appuie généralement sur une régression mentale provoquée et contrôlée. Cette technique s’adresse aux affections et à l’affectivité des individus.

De ce fait, on peut affirmer que ce qui distingue un régime démocratique d’une dictature n’est que l’approche adoptée qui est plus subtile et perspicace en démocratie car elle réussit à manipuler et modeler l’opinion du peuple sans même qu’il ne s’en rende compte. La manipulation consciente et intelligente des opinions et des habitudes organisées des masses joue un rôle important dans ure société démocratique. Ceux qui manipulent et détiennent les ficelles de ce mécanisme social rigoureux forment un véritable gouvernement, mais invisible, qui dirige véritablement le pays. Les techniques servant à manipuler et maîtriser l’opinion ont été inventées puis développées au fur et à mesure que la civilisation gagnait en complexité et que la nécessité du gouvernement invisible devenait de plus en plus évidente.

Et si, selon la formule consacrée, tel candidat à la présidentielle a été “désigné” pour répondre à une ”immense attente populaire”, nul n’ignore qu’en réalité son nom a été choisi par un groupe de ‘’manipulateurs’’ réunis en petit comité derrière les ‘’rideaux’’.

A ce sujet, plusieurs questions nous parcourent l’esprit :

· Comment faire accomplir quelque chose à un individu ou groupe d’individus en lui donnant le sentiment que c’est lui qui a choisi librement de le faire ?

· Comment réussir à ce que la manipulation de l’intégrité et de la souveraineté mentale des masses populaires reste inaperçue ?

· Comment faire en sorte que le pilotage des masses présente toutes les apparences de la démocratie, du respect de la souveraineté populaire et des principes du droit de l’homme ?

· Comment manipuler quelqu’un sans qu’il ne s’en aperçoive ?

Et si on essaye de positiver, la bonne question qui doit être posée est la suivante : ‘’Est-ce qu’il ne faut pas manipuler des fois les peuples un tout petit peu pour leur bien ?’’

La manipulation des foules par la propagande politique est du ressort de l’intelligence critique et rationnelle, au profit des émotions et des instincts primitifs …  Ça se passe inévitablement comme cela.

Tchakhotine distinguait quatre impulsions primaires sur lesquelles s’articule la manipulation   :

  • L’agressivité,
  • L’intérêt matériel immédiat,
  • L’attirance sexuelle,
  • La recherche de la sécurité et de la norme.

La manipulation la plus efficace sera celle qui manipulera au mieux ces impulsions primitives en promettant la satisfaction le plus rapidement possible. Ces quatre impulsions peuvent se ramener en définitive à deux affects primordiaux : le sexe et la peur. La manipulation agile de ces deux instincts, l’alternance entre la séduction et l’angoisse permet de piloter le changement d’un groupe avec son consentement, donc de lui rendre imperceptible la manipulation de sa propre souveraineté : mentale, politique, culturelle et même idéologique. La manipulation de ces deux instincts se résume à une seule notion psychique, de type fantasmatique et régressif. En effet, les techniques d’influence pour rendre désirable quelque chose sont celles de la communication publicitaire : politique, culturelle, idéologique, … . Ces mises en scène de communication et de séduction publicitaire ne sont que les déclinaisons à l’infini d’une seule notion mentale connue sous le nom de ‘’structure élémentaire du fantasme’’, soit le désir de fusion de soi et des autres dans une unité indistincte éliminant la contradiction. La manipulation fantasmatique étant un puissant catalyseur de l’action, parvient le mieux à flatter les tendances régressives de l’humain, emporte généralement l’adhésion du groupe. La culture de l’involution vers des stades archaïques de l’âme, avec en perspective le retour à l’état fœtal, se présente ainsi comme le fil conducteur de toute l’ingénierie psycho-politique mondialisée. C’est aussi une conséquence du nouvel ordre mondial bâti sur la théorie du chaos constructeur, … un chaos constructeur pour les puissances et destructeur pour le reste.

Ce dont je crains pour notre chère Tunisie, ainsi que pour le monde arabe, c’est que nous ne vivons pas une ’movida’ comme en Espagne où la mort du général Franco, le 20 novembre 1975, a fait basculer le pays dans le camp des ‘’démocraties sages’’, après des décennies de chape de plomb. Poudrière en Syrie, chaos en Afrique sub-saharienne, écrans noirs au Yémen et en Libye, l’Egypte avec les problèmes de partage des eaux du Nil, … nous ne sommes pas isolés de ce qui se passe ailleurs. Autant d’incertitudes qui tendent à réduire à néant l’espoir d’une transformation démocratique rapide dans notre pays. Ce dont je crains, est que la zone de turbulences que traverse notre pays s’installe dans la durée. C’est à nous seuls, citoyens Tunisiens unis, de démolir le chaos constructeur commandité par des forces étrangères et exécuté par des mercenaires de l’intérieur, pour reconstruire un meilleur avenir pour notre pays, … pour nos enfants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here