L’Algérie revoit à la baisse les dépenses budgétaires de l’Etat

Le gouvernement algérien vient d’approuver un ensemble de mesures fiscales visant à réduire le déficit budgétaire du pays. Parmi elles : la baisse des dépenses annoncées en 2015, la réforme de la fiscalité et une révision du budget de l’année en cours.

La  Loi de finances complémentaire(LFC), écrit notre confrère Jeune Afrique,  revoit à la baisse les dépenses budgétaires de l’État, qui passent à 7 588 milliards de dinars contre 7 692 milliards de dinars dans la loi de finances initiale 2015.

La LFC 2015 prévoit aussi un net recul des exportations d’hydrocarbures : 34 milliards de dollars en 2015 contre 68 milliards de dollars en 2014.

Avec cette loi de finances complémentaire, Alger espère accroître les revenus de l’État à travers une rationalisation de la fiscalité. Ainsi, l’impôt sur le bénéfice des sociétés, fixé aujourd’hui à 23 % pour toutes les activités, est rabaissé dans la LFC 2015 à 19 % pour les entreprises de production. Il reste à 23 % pour les secteurs de la construction et du tourisme mais monte à 26 % pour les autres activités  notamment celles d’importation et de revente en l’état.

La taxe sur l’activité professionnelle a été abaissée de 2 % à 1 % pour les activités de production de biens et à 1,5 % pour le BTP. Elle reste à 2 % pour les autres activités et monte à 3 % pour le transport d’hydrocarbures.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here