De fragments du Coran datant de plus de 1300 ans retrouvés à Birmingham

Des fragments du Coran datant de plus de 1 300 ans ont été découverts à l’université de Birmingham, au Royaume-Uni.

En s’intéressant à un vieux manuscrit qui prenait la poussière sur une étagère de l’université de Birmingham, au Royaume-Uni, rapporte notre confrère France 24, une doctorante italienne, Alba Fedeli, ignorait qu’elle allait faire la découverte du siècle.

L’ouvrage, présent sur les lieux depuis près d’un siècle, renferme en réalité, selon une datation au radiocarbone, des fragments du Coran. Et pas n’importe lesquels : datant d’il y a 1 370 ans, ces textes, écrits sur des peaux de mouton et de chèvre, sont parmi les plus vieux éléments connus à ce jour du livre sacré de l’Islam.

Selon les tests menés par une équipe de recherche de l’université d’Oxford, avec une probabilité de plus de 95 %, ces éléments auraient vu le jour entre 568 et 645, à l’époque même de l’apparition du Coran.

“Selon la tradition musulmane, le Prophète Mohamed aurait reçu les révélations qui constituent le Coran entre les années 610 et 632, l’année de sa mort », explique David Thomas, professeur d’université, spécialiste du christianisme et de l’islam. Ces textes pourraient bien nous ramener à la période même où l’islam a été révélé ».

Toujours selon le professeur, la personne qui a écrit ces lignes pourrait même avoir connu la figure emblématique de la religion musulmane. « L’auteur de ces textes pourrait avoir vu le Prophète Mohamed, l’avoir entendu prier. Cela paraît incroyable mais il pourrait même l’avoir connu personnellement », estime-t-il.

France 24 rappelle que des passages du Coran avaient initialement été rédigés sur des parchemins, de la pierre, des feuilles de palmier ou encore des omoplates de chameaux. Ces écrits ont été rassemblés sous la forme d’un livre, le Coran sacré, qui fut achevé aux alentours de l’an 650.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here