Algérie : une loi de finances complémentaire pour booster l’investissement

Malgré l’importante chute des prix du pétrole, l’Algérie consacrera plus de 26 milliards USD pour la mise en œuvre de son programme quinquennal de développement. Pour le reste de l’année 2015, une ordonnance portant loi de finances complémentaire pour 2015 a été adoptée. Cette LFC a été élaborée sur la base d’un cadre macro-économique prévoyant une croissance hors hydrocarbures de 5,1% et une inflation de 4%, alors que le prix du baril de pétrole, pris comme référence, est de 37 USD pour le calcul du budget et de 60 USD au niveau du marché.

Pour soutenir les entreprises, la loi algérienne de finances complémentaire institue un taux d’impôt sur les bénéfices des sociétés (IBS) différencié au profit des entreprises de production taxées à 19%, contre 23% pour les activités de BTPH et de tourisme, et 26% pour les autres activités notamment d’importation pour la revente en l’état, une réduction de la taxe sur l’activité professionnelle (TAP) de 2 à 1% pour les activités de production de biens, à 1,5% pour les activités de BTPH, les autres activités étant maintenues à 2% celle du transport par canalisation d’hydrocarbures qui sera portée à 3%.

Pour encourager l’investissement, la LFC prévoit des réductions ou des exonérations de droits de douane sur les intrants de certains produits sidérurgiques, les profilés d’aluminium, et les corps gras végétaux, tout cela pour encourager la production locale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here