Abdeljelil Bédoui : oui pour la justice non pour le projet de réconciliation économique

Contacté par leconomistemaghrebin.com au sujet du projet de loi relatif à la réconciliation économique et financière, l’économiste et le président du Forum tunisien des droits économiques et sociaux (FTDES) Abdeljelil Bedoui a déclaré : « J’aurais préféré que la justice joue son rôle et que tous ceux dont l’implication a été confirmée soient punis sévèrement sans passer nécessairement par un nouveau projet de loi », dit-il.

Ainsi d’après notre interlocuteur, il sera possible de préparer une nouvelle période de paix et moins de corruption et de violation « Il n’y a pas si longtemps, être proche du pouvoir politique ouvrait la voie à la corruption, aux infraction et violations. Ce phénomène doit s’arrêter surtout que nous sommes dans une situation de transition démocratique », estime-t-il.

L’économiste considère que la transition démocratique doit prendre en considération la transition économique par l’amélioration du secteur des affaires et l’instauration d’un régime juridique permettant d’éviter toutes les infractions et les violations qui ont été commises avant le 14 janvier et qui a marqué depuis l’indépendance le régime politique tunisien.

« Il n’existe pas de justice transitionnelle sans que les personnes dont l’implication a été prouvée soient sanctionnées. La réconciliation  vient après car c’est la dernière étape de la réconciliation nationale », conclut-il.

1 COMMENTAIRE

  1. une réconciliation économique nécessiterait d’autres règlements pour l’Europe ; de toutes façons impossible et incompatible avec les dettes qui cavalent en tête sur toute l’Europe… justice et Combat Contre La Finance ne pourront qu’améliorer la situation…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here