Tunisie – N. Gharsalli : « Daech n’existe pas en Tunisie »

Lors d’un point de presse, tenue dans la soirée du dimanche 12 juillet, le ministre de l’Intérieur Mohamed Najem Gharsalli a salué les efforts accomplis par les différents corps sécuritaires pour le bon déroulement de l’opération sécuritaire qui a eu lieu deux jours auparavant, dans la région d’El Gtar, dans le gouvernorat de Gafsa, causant la mort de cinq terroristes dont un recherché depuis 1994.

Une opération réussie a jugé le ministre, précisant que l’un des terroristes, le dénommé Mourad Gharsalli abattu par les forces de l’ordre, était l’un des auteurs de l’attentat terroriste du musée du Bardo, qui avait causé la mort de 21 touristes.

Et de poursuivre :  » Il s’agit pour l’heure d’une action de riposte contre l’attaque terroriste de Sousse, et aucun des agents des différents corps sécuritaires n’a été blessé. Ceci confirme l’importance de nos services de renseignements qui ont joué un rôle essentiel lors de cette opération, grâce à laquelle nous avons pu anéantir la capacité du groupe terroriste Katibet okbaa ibn nefaa« .

Il a fait savoir que suite aux deux opérations d’el Gtar et Sidi Aïch,  » nous avons tué le numéro un de cette cellule, après celle de Khaled Chaib, plus connue sous le nom de Lokmane Abou Sakhr, le dangereux terroriste le plus recherché à l’échelle internationale après le numéro 2, Hakim Hazzi qui a mené des opérations terroristes en Algérie et au Mali « , a-t-il indiqué.

 » Quant au troisième terroriste, il est de nationalité algérienne et s’appelle Lounis Abdelfattah, et l’identification des deux autres corps est en cours « , a-t-il précisé.

 » Il s’avère que cette cellule terroriste est notamment impliquée dans l’exportation des djihadistes à l’étranger et aurait programmé d’autres attentats sur l’ensemble du territoire tunisien « , a-t-il souligné.

Et d’ajouter :  » Depuis l’attentat du musée du Bardo, 940 suspects ont été arrêtés, qui seraient impliqués dans des activités terroristes. Quant à l’organisation terroriste de l’Etat islamique, connue sous le nom de Daech, elle n’existe pas en Tunisie d’un point de vue organisationnel, mais certains groupes terroristes annoncent leur ralliement à Daech « .

Le ministre de l’Intérieur a conclu que le combat contre le terrorisme est  » une lutte sans merci contre les groupes terroristes  » et doit se poursuivre, affirmant que la Tunisie est en pleine transition vers la démocratie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here