La CGTT obtient gain de cause contre l’Etat

C’est une victoire de taille pour la Confédération Générale Tunisienne du Travail (CGTT) : le syndicat est parvenu à faire annuler une décision gouvernementale « implicite » la privant de son droit d’exercer pleinement ses fonctions.

En effet, dans un jugement rendu le 26 juin dernier, le Tribunal administratif a annoncé l’annulation d’une décision du gouvernement dont les conséquences privaient la CGTT du droit de négociation, de la retenue sur les salaires, de la mise en disponibilité des syndicalistes et autres. Le Tribunal a déclaré recevable, quant à la forme et au fond, l’action en justice intentée dans ce sens par la CGTT et a porté ses frais aux dépens de l’Etat.

Selon la CGTT,  ce n’est qu’une étape, un autre défi est à relever, que le jugement a d’ores et déjà facilité, à savoir définir des critères précis de la représentativité syndicale. En effet, seulement 15% des travailleurs adhèrent aux syndicats, dont 10% provenant du secteur privé, qui rappelons-le emploie à peu près 80% des salariés.

Une représentativité basée sur le pluralisme est le seul moyen selon le syndicat de mettre fin au monopole syndical, rappelant que le pluralisme syndical est inscrit dans la Constitution tunisienne, dans le Code du travail et dans les conventions internationales. De même que la CGTT souligne l’importance de critères tels que la transparence financière et l’autonomie syndicale, qui doivent impérativement être pris en considération dans la représentativité de tout syndicat de même que les valeurs de la citoyenneté, l’ancienneté, l’audience et l’effectif.
Le jugement en question est selon le syndicat un pas en avant dans le processus de transition démocratique. Dans cette optique, Habib Guiza, secrétaire général de la CGTT, appelle toutes les organisations syndicales à unir leurs efforts pour l’intérêt du pays et de l’action syndicale en particulier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here