Crise grecque : Est-ce le bout du tunnel ?

La nouvelle proposition remise par le gouvernement d’Alexis Tsipras a été étudiée vendredi par les créanciers de la Grèce (UE, BCE, FMI) et jugée «positive » et y voient « une base de négociation » en vue d’un troisième plan d’aide d’un montant de 74 milliards d’euros, rapporte l’AFP.

Cette proposition, qui fait renaître l’espoir d’un accord évitant à Athènes la sortie de l’euro, sera examinée ce samedi par les ministres des Finances lors  de la réunion de l’Union monétaire  à Bruxelles.

S’exprimant hier devant les députés grecs, le chef du Gouvernement, Alexis Tsipras, a reconnu des “erreurs” durant les six mois passés au pouvoir mais a assuré avoir fait “tout ce qu’il est humainement possible”, d’autant plus qu’il se trouve face à un “choix de haute responsabilité”. Il a appelé les députés à approuver le paquet de réformes et de financement soumis aux créanciers UE et FMI.

A noter que le Parlement grec vient de donner son feu vert à la proposition d’un accord soumis aux créanciers du pays par le gouvernement d’Alexis Tsipras par 251 votes positifs sur un total de 300 députés, mais le Premier ministre a enregistré les défections de dix députés de son parti de gauche radicale Syriza qui se sont abstenus alors que deux d’entre eux ont voté contre ce plan d’accord.

Plusieurs députés Syriza, rappelle l’AFP, étaient par ailleurs absents pour le vote, dont l’ex-ministre des Finances, Yanis Varoufakis, si bien que le texte a été adopté avec les voix de l’opposition, socialistes et conservateurs notamment, puisque la majorité gouvernementale compte 149 députés Syriza ainsi que 13 députés du petit parti de droite souverainiste Anel, ces derniers ayant voté pour la proposition d’accord.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here