Algérie – Violences à Ghardaïa : l’armée appelée à la rescousse

Après les affrontements sanglants ces derniers jours entre Arabes et Berbères dans la région de Ghardaïa, dans le Sud de l’Algérie, qui ont fait plus de 22 morts, le gouvernement algérien a chargé l’armée et la justice de mettre fin aux violences.

Pour sa part,  le président Abdelaziz Bouteflika a chargé le commandant de la 4e région militaire de superviser les opérations « pour le rétablissement et la préservation de l’ordre public à travers la wilaya de Ghardaïa ».

Il a également tenu une réunion d’urgence avec le Premier ministre et le chef de l’état-major de l’armée durant laquelle il a demandé que la justice « prenne en charge, avec diligence et sévérité, toutes les violations de la loi, et notamment l’atteinte à la sécurité des personnes et des biens. »

Dans le même contexte, a fait savoir notre confrère Jeune Afrique, le Premier ministre Abdelmalek Sellal a annoncé la mise en place d’un couvre-feu partiel dans les zones sensibles de la région de Ghardaïa,  interdisant les manifestations et les attroupements.

Rappelons que la flambée de violences a été déclenchée mardi peu avant minuit, lorsque des hommes aux visages masqués et armés de fusils de chasse ont ouvert le feu sur des habitants. Depuis deux ans, rappelle l’hebdomadaire parisien Jeune Afrique, le gouvernement a envoyé à chaque poussée de violence des renforts de policiers et gendarmes, sans réussir à rétablir l’ordre dans cette la région aux portes du désert.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here