Tunis – UTICA : un sursaut économique devient urgent!

La Tunisie a besoin d’un sursaut économique qui devient urgent, telle était l’initiative lancée par l’UTICA ( Union tunisienne de l’industrice, du commerce, et de l’artisanat ), en ce jeudi 9 juillet, à laquelle organisations nationales, associations et corporations professionnelles du secteur privé ont été invitées. Un plan de sauvetage de lutte contre le terrorisme et contre la crise que traverse le pays en ce moment a été présenté.

Après avoir été l’otage d’attentats terroristes, la Tunisie a besoin plus que jamais des instruments sécuritaires, économiques, socio-économiques et politiques. Mais avec les derniers événements, notamment l’attaque terroriste de Sousse qui a frappé l’un des secteurs vitaux de l’économie, le tourisme, il fallait réagir vite et donner des moyens pour la mobilisation des ressources nationales et de la coopération internationale.

Un front s’est uni contre le terrorisme, a fait savoir la présidente de l’UTICA, Wided Bouchamaoui, en présentant la feuille de route sur le thème “Une année pour sauver l’économie du pays”, et ce notamment en adoptant les axes suivants :

  • Sécuriser le pays via un consensus national autour du sujet de “ la sécurité en tant que priorité des priorités ”. Un plan de sécurité conditionné par le renforcement des forces de sécurité dans la lutte contre le terrorisme, la mise en œuvre d’un plan d’action au financement duquel les entreprises participent, la mise en place des systèmes sécuritaires conformes aux standards internationaux dans les entreprises.
  • Sur le plan de l’engagement de l’entreprise il faut créer de la richesse et de l’emploi dans les régions, en adoptant un message positif qui redonne de l’espoir aux jeunes en les accompagnant dans la création de micro-projets, la mise en œuvre d’actions à caractère social dans les régions défavorisées, la dénonciation des responsables du terrorisme, des barons de la contrebande et des responsables des évasions fiscales.

Lors de son discours, Wided Bouchamaoui a déclaré : “ Il est temps pour les Tunisiens de se remettre au travail, en criminalisant l’obstruction”.

Elle a également ajouté : “ Face à un taux de chômage élevé, il en va de notre responsabilité de prendre les mesures nécessaires pour une insertion des chômeurs dans la vie professionnelle ”.

Dans le cadre de cette démarche, parmi les autres points, on note des mesures d’exception, comme celles d’accorder un financement à taux zéro pour tous les investissements dans les 14 gouvernorats prioritaires ou encore la réalisation des projets publics programmés, notamment dans les régions.

Le volet touristique consiste à adopter un plan d’urgence, notamment par la relance du tourisme local et le tourisme de voisinage.

Interrogé sur ce plan d’action, Mohamed Ali Toumi, le président de la Fédération tunisienne des agences de voyages, a répondu : “ Il s’agit d’une vision globale sur l’ensemble des secteurs, qui ne touche pas uniquement le secteur touristique. A travers cette action, l’UTICA a tendu la main. Je pense que l’effet d’annonce a son importance, mais tout ceci ne peut se réaliser qu’avec des plans fructueux et effectifs ”.

Un plan de sauvetage qui favorise l’inclusion économique, et ce à travers, la réduction de la taxation fiscale et douanière, la création d’une “ Haute instance de l’inclusion économique et sociale” chargée du pilotage des dispositifs réglementaires, normatifs et juridiques dans le domaine économique, fait partie de cette démarche.

De son côté Hichem Elloumi, premier vice-président de l’UTICA a déclaré : “ Je pense que l’initiative du secteur privé, n’est plus une initiative de l’UTICA bien qu’elle l’ait proposée… Toutes les structures qui étaient présentes ont adhéré à cet engagement de travailler dans l’intérêt de la Tunisie. Il s’agit d’une action nationale pour sauver le pays sous l’angle économique et social. J’ajouterai aussi que nous avons deux axes essentiels l’aspect sécuritaire et l’aspect économique-social ”. Et de poursuivre : “Je pense que le secteur privé s’engage à sauver le pays”.

Dans cette lutte, outre celle contre le terrorisme, il y a également le phénomène de la contrebande et une bonne partie des entreprises sont devenues une proie facile du financement parallèle. A cette occasion, la présidente de l’UTICA a souligné, qu’il est de notre devoir d’aider les entreprises, commerciales et artisanales à remonter la pente, en leur facilitant le financement garanti par l’Etat.

“Cette initiative a pour objectif  d’attirer les investisseurs étrangers, les rassurer en prenant des mesures urgentes pour inverser la balance et de redorer l’image du pays,”, a conclu Mme Bouchamaoui.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here