Crise grecque : de lourds nuages à l’horizon

Après le sommet Hollande-Merkel qui a eu lieu, hier mardi, à Paris, les Européens se sont donné une date butoir, en l’occurrence dimanche prochain, pour parvenir à un accord avec Athènes, avant de préparer une éventuelle sortie du pays de la Zone euro.

« L’heure est vraiment grave et nous ne pouvons exclure ce scénario noir, si nous n’avons pas d’accord d’ici dimanche« , a déclaré mardi Donald Tusk, le président du Conseil européen lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

Pour sa part, le Premier ministre grec, Alexis Tsipras, s’est dit déterminé à poursuivre l’effort pour obtenir un accord avec les créanciers, « qui garantisse une sortie de crise » et mette fin à la perspective de la sortie de la Grèce de la Zone euro.

Ainsi, rapporte l’AFP, les 28 dirigeants européens se retrouveront dimanche 12 juillet à Bruxelles, pour mettre un point final à des négociations entamées il y a près de six mois, après l’arrivée au pouvoir de la gauche radicale en Grèce.

Or, un grand nombre de pays sont plus que réticents à venir en aide à la Grèce, après deux plans d’aide d’un montant total de 240 milliards d’euros et des mois de négociations houleuses avec le gouvernement d’Alexis Tsipras.

Malheureusement, les coffres d’Athènes sont vides et le pays doit faire face dans les prochains jours à différents remboursements, dont le plus important est celui à la BCE. Faute d’accord, la BCE pourrait lâcher les banques grecques, conduisant inévitablement à un effondrement du système bancaire et une banqueroute du pays, le propulsant hors de l’euro.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here