Tunisie – Loi antiterroriste : un compromis délicat avec la loi et les libertés

A l’issue de la séance plénière extraordinaire de l’ARP, organisée par la Commission de la législation générale, pour l’audition des propositions de Najem Gharsalli concernant le projet de loi antiterroriste et le blanchiment d’argent, le ministre de l’Intérieur a qualifié cette audience de « franche et réussie ».

Najem Gharsalli a d’autre part estimé que la loi antiterroriste sera un compromis entre la lutte contre le terrorisme et le respect des droits et libertés, en soulignant que le travail de l’institution sécuritaire est encadré par la loi et contrôlé par le pouvoir judiciaire.

« J’ai rassuré les députés quant au respect des droits et libertés en Tunisie », a-t-il indiqué, en révélant avoir abordé tous les détails juridiques et financiers relatifs à la lutte contre le terrorisme, lors du dialogue avec les députés.

Najem Gharsalli a enfin assuré que les propositions du ministère de l’Intérieur sont axées, notamment, sur la prolongation de la durée du repérage et de la détention des terroristes présumés, ou sa soumission à la discrétion du juge en charge du dossier, ainsi que sur la cybercriminalité; « des propositions que les députés ont accueillies avec beaucoup d’enthousiasme », selon ses dires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here