Habits traditionnels : « Let’s wear Tunisia everywhere »

Ni le terrorisme qui s’abat sur le pays, ni la crise économique aiguë et encore moins la phobie générale dans laquelle le pays semble sombrer empêchent le jaillissement de la joie de vivre, le culte de la vie et la célébration des couleurs. La soirée ramadanesque organisée par l’Association internationale des femmes entrepreneurs en est le meilleur exemple. Dix jours après l’attaque terroriste contre un hôtel à Sousse faisant 38 victimes, une initiative «  Let’s wear Tunisia everywhere » est lancée. Musique mystique, décor somptueux et habits traditionnels, c’est tout ce que nous avons gardé de cette soirée…

défiléLes stylistes-modélistes et leurs apprentis sont venues vêtues de leurs habits traditionnels aux couleurs  chatoyantes qui contrastent avec la tension générale du pays. La présidente et la fondatrice  de l’association, Rachida Jabnoun, a indiqué qu’il s’agit de réhabiliter la Djebba tunisienne et lui accorder sa propre valeur, notamment devant la Djebba marocaine et le Koftan du Golfe qui commencent à se positionner sur le marché international. Pour ce faire,  cinq défilés de mode ont été programmés avec une exposition-vente des produits traditionnels et artisanaux, notamment la Djebba avec toutes ses variétés : celle de jour, celle pour la baignade et celle de soirée.  Pour elle, la Djebba représente une partie de l’identité tunisienne et un message pour dire que nous sommes là.

femmes-l-economiste-maghrebinL’événement a été rehaussé par la présence de Latifa Lakhder,  ministre  de la Culture, et Samia Merai,  ministre de la Femme, de la Famille et de l’Enfance. Toutes les deux n’ont pas dérogé à la règle et ont porté des habits traditionnels en parfaite harmonie avec la cérémonie. La ministre de la Culture a tenu à saluer l’initiative. Quant à Samia Merai, elle a estimé que cet événement est une lettre ouverte afin de sensibiliser les gens à la sauvegarde du patrimoine tunisien. Raison pour laquelle, le ministère de la Femme accorde un intérêt particulier à l’artisanat.   

Le public a été agréablement surpris par cinq défilés de mode autour de la Djebba. Dans une déclaration à leconomistemaghrebin.com,  la jeune styliste Meha El-Moudir a indiqué qu’elle n’a pas hésité une seconde pour participer à ce projet. Sa participation a consisté à  présenter des modèles de Djebba inspirés de la culture pharaonique et la culture romaine. Ainsi elle a estimé que son travail allie modernité et authenticité.

Olfa Mhawed a présenté un aperçu d’un défilé qui a participé  à l’Exposition de  Milan en cours,  après qu’elle a été sélectionnée pour représenter la Tunisie. «  Ma démarche  se résume à l’idée suivante : le patrimoine vu par une femme. Concernant le problème du secteur, Mme Olfa  affirme que le problème majeur du secteur est la cherté de la matière première : «  Pendant  8 ans l’Etat fournisssait la matière première à des prix abordables. A présent, la matière première n’existe plus ou si elle existe, elle atteint des prix exorbitants ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here