Tunisie : unité et espoir pour dire non au terrorisme

La communauté spirituelle était réunie à la rupture du jeûne à la Kasbah, pour dire ensemble « non » au terrorisme. Tel a été le message de tolérance, de paix que plus de 1000 personnalités nationales et internationales, de différentes confessions, ont délivré autour d’un Iftar international. Une soirée qui a été marquée par plusieurs points forts d’espoir et d’unité.

A travers cette manifestation, la présidence du gouvernement, en partenariat avec le ministère du Tourisme, ont voulu transmettre un message d’amour et de solidarité dans cette période marquée de tensions, après la terrible attaque terroriste de Sousse.

Présent à cet événement, Abdelfattah Mourou, vice-président de l’ARP et dirigeant au sein du parti Ennahdha a déclaré:  » L’image que nous voyons est l’image réelle de la Tunisie, notre pays a toujours été un pays d’échange de culture, mais à un moment donné, cette image nous l’avons oubliée, jusqu’à ce que ces attentats nous la rappelle. Notre trésor réside dans l’union nationale, d’autant plus que nous pouvons vaincre le terrorisme, à travers l’union « .

Et de poursuivre:   » Tous unis contre le terrorisme, parce que le terrorisme c’est la culture de la mort, c’est la culture de la destruction, nous sommes pour la culture de la vie, il faut être tous unis contre le terrorisme « . Ajoutant que :  » Nous avons toujours été une terre de dialogue, de discussions, une terre de dialogue pour l’humanité « .

Par ailleurs, l’ambassadeur de France en Tunisie, François Gouyette a indiqué:   » La Tunisie affronte une période très difficile, nous sommes aux côtés du peuple tunisien et de la Tunisie pour l’aider à affronter ce défi avec la coopération de la France et des partenaires européens. Cela s’est d’ailleurs manifesté par la visite des trois ministres de l’Intérieur français, britannique et  allemand. Aujourd’hui, le moment de Iftar est un moment de joie et de partage, une invitation qui m’a été envoyé avant l’attentat terroriste de Sousse, et bien évidemment je considérais que je devais être présent et c’est très bien que l’Iftar ait été maintenue « .

Et de continuer:  » Cet évènement est important en cette période où la Tunisie affronte un défi très difficile et prouve qu’il est possible de se retrouver dans des moments de fraternité et de convivialité. De personnalités religieuses sont venues de France et la musique que nous avons entendue est d’inspiration Soufi « .

Un événement qui est marqué par une grande communauté spirituelle entre les trois religions du Livre et la fraternité humaine, bel et bien incarnée par cette soirée.

Interrogé sur ce que représente cet événement, en un mot, François Gouyette a répondu :  » Cet événement incarne l’espoir de la Tunisie qui est debout « .

Il a précisé que le terrorisme est un fléau qu’il fallait combattre ensemble et que la meilleure réponse à ces actes abjectes est le renforcement de la coopération entre les deux pays, entre les deux peuples « .

Moshe, qui fait partie de la communauté juive tunisienne a déclaré :  » On est là pour soutenir notre pays face à des moments qui sont assez durs et pour montrer que tous les Tunisiens devraient être main dans la main. Nous voulons présenter également nos condoléances aux familles des victimes. C’est une situation normale en Tunisie, que les trois communautés soient ensemble, on l’a démontré plusieurs fois. Juif, musulman, chrétien, nous travaillons ensemble, on vit ensemble, on n’a pas besoin de le montrer à la télé, mais c’est la réalité du pays, ce n’est pas une exception dans le cadre de cette soirée. Sans l’unité du pays, on ne réussira pas « , a-t-il affirmé.

Selon Bernard Taiyeb, membre de la communauté juive en Tunisie, c’est cela le vrai visage de la Tunisie, le vrai visage des musulmans et du monde arabe, de la Tunisie belle, dont on ne peut pas détruire l’histoire, la Tunisie éternelle.

Le P. Jawad Alamat, directeur national des Œuvres pontificales missionnaires de Tunisie qui est également curé à Sousse déclare :  » Pour nous c’est important de participer à ce mois saint avec nos amis Tunisiens, en tant que chrétiens. Déjà en Orient, nous partageons l’histoire, la culture, la langue et nous partageons aussi notre foi en Dieu. Nous croyons qu’en tant que religieux, nous avons un rôle à jouer pour pouvoir unir les peuples, pour pouvoir faire passer un message de paix, de respect pour tous ceux qui sont différents. Nous prenons nos responsabilités dans l’édification d’un monde plus fraternel et juste, voilà mon message « , a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here