Tunis : Le Front Populaire vs Bloc Démocratique, le débat continue !

corruption

Le président de l’ARP, Mohamed Ennaceur, a donné le coup d’envoi à la séance du matin en évoquant le mode de fonctionnement  du règlement intérieur qui selon l’article 66 stipule que  : «  Les candidatures aux commissions sont soumises, dans les délais impartis, au Président de l’Assemblée, soit par l’intermédiaire des présidents des groupes, soit directement pour les membres n’appartenant pas à des groupes. »

Tout au long de la journée, 35 députés en tout ont demandé à prendre la parole. Le député de Nidaa Tounes,  Salah Bargaoui, a déclaré que la question de la présidence de la commission des finances n’est pas encore résolue et le bureau n’a pas pu trancher.

Il a ajouté que l’opposition, d’après  l’article 46 du présent règlement intérieur (RI), est constituée :

  • des partis ou coalitions ne participant pas au gouvernement,
  • des députés indépendants qui n’ont pas accordé leur confiance au gouvernement. »

De son côté, le député du mouvement Ennahdha, Nouredine Bhiri, a annoncé que  : « Le RI dans son ambiguïté ne peut pas être interprété par la plénière ou le vote “. Pour sortir de l’impasse, il a proposé que l’opposition choisissee elle-même  ses membres. Le député du Front Populaire, Jilani Hammami, a quant à lui déclaré que ceci  est une perte de temps, au lieu de traiter des sujets essentiels comme la loi anti-terrorisme,  qui aurait dû être traitée en urgence faisant remarquer que le Front Populaire a demandé la présidence de la commission, d’une façon légale, “puisque  c’est son droit”. Pour sa part, Iyed Dahmani député du Bloc Démocratique qui a lui  aussi  un  candidat pour présider la commission des Finances  a signalé que suite à l’échec des concertations pour trouver un terrain d’entente avant le début des travaux de l’ARP,  il a déclaré que son bloc, composé de 8 membres, s’est qualifié déjà  dans l’opposition. Il a ajouté :” Ce qui est plus inquiétant c’est que la majorité formant le gouvernement décide à travers le vote de qui présidera la commission.” A12h17, le député d’Afek Tounes,  Karim Helali, a déclaré que  compte tenu de la situation actuelle,  le vote secret n’est pas possible, conformément à l’article 127 du règlement intérieur.   Pointant du doigt le Bloc Démocratique pour sa mauvaise foi, il renchérit :” La présidence de la commission est symbolique et ne mérite pas toute cette perte de temps ».

Enfin avant la fin de la séance, le député du mouvement du peuple,  Ridha Dellai a conclu dans son  intervention que: “Nous avons défendu une forme saine d’opposition afin qu’elle ne soit pas  une opposition de façade”.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here