Tunisie – Accidents de la route : arrêter l’hémorra­gie

accidents de route

Les Tunisiens, comme tous les peuples de la planète, aiment s’illustrer dans tous les domaines, battre des records, et glaner des lauriers. Une question de fierté nationale. Hélas, pas forcément dans le bon sens. Ils déploient des trésors d’énergie et de ruse pour transgresser tous les interdits et éprouvent un malin plaisir à contourner les lois du pays, allant jusqu’à mettre en péril la vie de leurs compatriotes. Ils se permettent tous les dépassements et la route constitue parfois pour certains un défouloir qui peut virer au tragique.

Pourquoi disons-nous cela ? En fait, c’est le dernier commu­niqué du ministère de l’Intérieur, rendu public il y a quelques jours, qui nous a fait bondir et poussé à réagir pour tirer la sonnette d’alarme et dire attention, stop, il y a urgence. 7 971 accidents de la route, rien que pour l’année 2014 : 1565 morts et 12354 blessés. Les chiffres sont alarmants et parlent d’eux-mêmes. Des familles endeuillées et qui sombrent dans le chagrin. Des familles brisées par l’handicap généré par l’accident. Beaucoup de souffrances.

Le temps est venu de se regarder sérieusement en face et de dire : il faut arrêter l’hémorra­gie. Bien sûr, il serait trop facile de se contenter de jeter l’anathème sur les fous du volant comme on les appelle. L’état lamentable de nos routes est aussi en cause. Toute l’infrastructure est à revoir, et pas seulement routière. Là, nous mettons en cause l’octroi du permis de conduire et toute la chaîne qui sous-tend cette étape cruciale, pour dire sans détour, qu’il y a du ménage à faire. Et c’est jus­tement à ce niveau-là que tout se joue.

En tout cas, une opportunité pour le nouveau ministre de l’Equipement et le nouveau ministre du Transport de faire, chacun dans son champ d’intervention, une révolution que tous les usagers de la route attendent avec impatience.

Alors, la sécurité routière, une priorité nationale ? Absolument,  les experts économiques les plus avisés ne nous contrediront pas. A bon entendeur.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here