Le capital investissement, un créateur de valeur…

conférence investissement

Afin de disposer des fonds propres nécessaires à un développement équilibré, les entreprises tunisiennes ont besoin de l’intervention d’investisseurs professionnels, ayant des objectifs d’investissement à moyen et à long termes, qui les accompagnent dans le processus de création de valeur.  Il s’agit du capital investissement qui est un mode de financement en fonds propres d’entreprises non cotées quel que soit leur stade de développement.

Ce capital se segmente principalement en quatre métiers, à savoir le capital amorçage, le capital risque, le capital développement et le capital transmission.

C’est dans ce cadre que s’inscrit le petit déjeuner-débat organisé, aujourd’hui par la Chambre tuniso-française de Commerce et d’Industrie ( CTFCI ), en collaboration avec l’Association Tunisienne des Investisseurs en Capital (ATIC), portant essentiellement sur l’investissement en capital, en présence de Karim Ghenim, président ATIC et PDG BIAT Capital Risque, Hichem Ben Fadhl, membre du conseil ATIC et DG IMBANK et Fonds TITF, Selma Bellegha, membre du conseil ATIC-Partner Fonds ACP et des représentants des PME tunisiennes.

Le développement des opportunités d’investissement passe par le renforcement du financement de l’innovation et la mise en place des structures et mécanismes appropriés, tels que les structures d’incubation du projet et des programmes d’accélération couplés à des mécanismes d’aide au financement plus efficaces et à plus forte valeur ajoutée pour les entrepreneurs qui en bénéficient.

D’ailleurs la relation entre les investisseurs en capital et les entrepreneurs est de plus en plus une relation de partenariat, d’accompagnement et de gestion de risques. Parce qu’au contraire des banques qui exigent la garantie, ces investisseurs vise la perception de l’entrepreneur et son équipe avant même l’opportunité d’affaires. Mais, également, la gouvernance et la transparence sont des critères primordiaux.

Cycle de vie d’un fonds de Private Equity

Investissement capital L'Economiste Maghrébin

Phases d’intervention du capital investissement

Le capital investissement passe par plusieurs phases d’intervention dont le capital amorçage qui consiste en l’apport de capitaux propres à des entreprises en cours de création et qui présentent un fort potentiel de croissance. L’amorçage concerne donc des projets encore au niveau de la théorie ou d’idée mais appuyés de solides recherches.

Quant au capital risque, l’intervention consiste dans les prises de participation, temporaires et minoritaires, dans des entreprises non cotées nouvelles ou en phase de création afin de dégager ultérieurement des plus-values.

La troisième phase d’intervention est celle du capital développement. Il s’agit d’un investissement en fonds propres d’une entreprise à fort potentiel ayant déjà atteint la maturité, destiné à permettre une nouvelle phase de développement, dont la croissance interne, croissance externe, le lancement de nouveaux produits, ou le développement sur de nouveaux marchés.

Au final, le capital transmission est une intervention au niveau du financement (avec effet de levier) de la cession d’une entreprise non cotée établie de longue date, souvent à l’occasion du départ à la retraite du dirigeant fondateur, ou encore d’un renouvellement des cadres dirigeants.

A rappeler que depuis sa création en 2004, l’ATIC fédère et représente les opérateurs tunisiens du capital investissement, avec ses 45 membres actifs ( SICAR et sociétés de gestion du FCPR ) et six membres associés (banques, cabinets d’études, avocats, experts comptables, etc).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here