Tunisie – terrorisme : tonnerre de condamnations

A la Suite de chaque opération terroriste ciblant nos valeureux soldats, ce ne sont pas les communiqués ou les condamnations qui manquent. Plusieurs partis politiques et organisations nationales  n’ont pas manqué de condamner fermement  le crime terroriste. Les communiqués rendus publics par les différentes organisations nationales et les partis politiques  traduisent un refus catégorique et une condamnation ferme du terrorisme.   D’ailleurs, le gouvernement est bel et bien clair, car Habib Essid, suite à une réunion ministérielle tenu ce matin sur l’acte terroriste,  a souligné l’importance de la conscience du peuple tunisien qu’il est en en guerre contre les terroristes et que ce crime ne restera pas impuni.
Au-delà de la dénonciation de l’acte terroriste,  à la lecture des  positions,  il en ressort que le fil conducteur entre les prises de position est  la revendication de l’adoption de la loi antiterrorisme et en toute urgence.  Telle est la position de l’Union des magistrats administratifs, Nidaa Tounes et l’Union générale tunisienne du Travail.

Quant à la centrale patronale, elle a estimé que le terrorisme est un phénomène étranger de la Tunisie.  Pour ce qui du parti Ettakatol, il s’est contenté de condamner l’acte terroriste sans proposer de solution ou faire de recommandations.  Le Mufti de la République a estimé  que l’acte terroriste n’a rien à voir avec l’esprit de l’Islam et a exprimé sa solidarité avec les familles des martyrs.

La CONECT a, dans un communiqué signé Tarek Cherif,  présenté ses condoléances les plus attristées aux familles des défunts et à tout le peuple tunisien priant Dieu le tout puissant de leur accorder son infinie miséricorde.
« La CONECT condamne fermement cette opération criminelle et lâche perpétrée à un moment où tout le pays et l’ensemble des tunisiens suivent de près et avec une grande vigilance l’évolution grave et inquiétante des  évènements dans  notre région et en Libye en particulier », lit-on dans le communiqué de la CONECT.
Elle a, apr ailleurs,  appellé tous les tunisiens , le gouvernement, les partis politiques, les organisations nationales et les composantes de la société civile à apporter tout leur soutien à nos Forces de sécurité militantes et à notre armée salutaire pour leur vigilance et  leurs efforts louables visant  à assurer la sécurité du pays et à lutter contre le terrorisme, un fléau qui menace tous les pays de la région.

Le député Mongi Rahoui  s’est insurgé contre  les attaques terroristes déclarant qu’il ne s’agit que d’une nouvelle tentative de  créer de la confusion dans les esprits. « Cela fait des mois que nos autorités sécuritaires ou de la Garde nationale essaient de démanteler les réseaux terroristes, et les les traquent partout. Cette attaque terroriste a pour but de démoraliser nos agents  ainsi que nos soldats. Nous savons tous, que les unités des forces sont capables de lutter contre le terrorisme et  faire face à ce fléau« . Et de poursuivre : «  Il n’y a et  n’y aura pas de place pour les terroristes en Tunisie« , conclut-il.

Par ailleurs, Iyed Dahmani, député du parti El- Joumhouri soutient que  » les Tunisiens, main dans la main, doivent s’ériger contre le terrorisme. Quant à nous, nous ferons tout notre possible d’adopter une loi en urgence pour assurer la protection de nos agents de sécurité, ceux de la Garde nationale ainsi que leurs familles. C’est notre priorité. »

De son côté Youssef Jouini, député de l’UPL, affirme que « quatre de  nos valeureux soldats tués d’un seul coup, cela amène à poser pas mal de questions. Il y a une carence d’équipements, une loi qui aurait dû être adoptée en priorité et qui ne l’est pas encore ».

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here