Tunis : la gazelle s’envole en instaurant la Bonne Gouvernance

S’inscrivant dans le cadre de l’instauration et du renforcement du système de bonne gouvernance au sein de la Compagnie nationale aérienne Tunisair, et ayant placé l’année 2015 sous le signe de la formation et de la responsabilité sociétale, la compagnie a organisé, aujourd’hui, en collaboration avec le Centre Tunisien de Gouvernance d’Entreprise  de l’IACE, une journée de formation ayant pour thème «Bonne Gouvernance : clé du succès des entreprises publiques tunisiennes», adressée à ses membres du conseil d’administration et ses hauts cadres.

Cette journée a été l’occasion de familiariser les participants avec le concept de bonne gouvernance, de présenter les meilleures pratiques internationales dans ce domaine, ainsi que d’actualiser les connaissances sur les responsabilités d’administrateur et les risques encourus dans l’exercice de cette fonction.

Cette formation, qui s’est répartie sur trois sessions, à savoir le cadre de la gouvernance d’entreprise, le rôle du conseil d’administration- devoirs et responsabilités des administrateurs-, les meilleures pratiques de bonne gouvernance dont la mise en place d’un système de Gouvernance d’Entreprise, permettra de définir et expliquer les principes et éléments fondamentaux de la bonne gouvernance. Elle sert également à expliciter la mission du Conseil, situer le rôle et les responsabilités de l’administrateur dans le fonctionnement du conseil, développer les compétences dont les participants ont besoin pour mettre en œuvre des pratiques de bonne gouvernance responsables, permettre aux administrateurs de partager leur expérience et former des réseaux avec leurs pairs, connaître les bonnes pratiques de bonne gouvernance et savoir les adapter à Tunisair…

Salwa Sghaier Tunisair L'Economiste Maghrébin
Salwa Sghaier

A cet égard, Saloua Sghaier, PDG de Tunisair, nous a déclaré que dans le cadre du lancement du Guide de la bonne gouvernance et du Référentiel national de la gouvernance– et vu que la compagnie est consciente que la bonne gouvernance joue un rôle primordial dans l’amélioration de ses services, la consolidation de la valeur de la transparence, le développement d’un climat sain de travail, le renforcement des bases solides de la responsabilité sociétale, elle cible, dans la période à venir, la mise en place d’un plan de travail axé sur la sensibilisation et la formation de ses agents et ses cadres et l’organisation de cycles de formation et des rencontres de sensibilisation en la matière.

Elle vise également le développement du dialogue social dans le secteur public, l’enracinement de la culture de la valeur de la qualité et le développement de la productivité, ainsi que l’intégration dans les orientations nationales dont l’Open Gov.

En réponse à la question portant sur la restructuration de Tunisair, Mme. Sghaier nous a précisé que parmi les mesures d’urgence, la compagnie renforce ses efforts pour maîtriser ses équilibres financiers, pour entamer le programme de l’assainissement social, à travers le licenciement d’un certain nombre d’agents, adopté par le conseil d’administration, les autorités de tutelle et la partie syndicale.

Dans le même ordre d’idée, Mme le PDG a dévoilé que Tunisair va mettre en place, prochainement, une stratégie commerciale pour renouveler et élargir sa flotte, diversifier ses activités et améliorer ses services. Sans oublier la mise en place d’un nouveau cadre organisationnel pour l’optimisation des structurations de l’entreprise.

De son côté, Mahmoud Ben Romdhane, ministre du Transport, nous a indiqué que pour enraciner le concept de la bonne gouvernance dans les entreprises publiques, il faut faire participer toutes les parties prenantes, y compris la société civile et les usagers de service public. Il a insisté, en fait, sur l’engagement de son département au respect des références nationales et internationales en matière d’application de la bonne gouvernance.

Mahmoud Ben Romdhane
Mahmoud Ben Romdhane

C’est pour cette raison, qu’une commission des usagers des services publics doit, selon ses propos, être créée le plus tôt possible, afin de donner son avis sur la qualité des prestations fournies, et ce en signe de consécration de la transparence et de la bonne gouvernance.

Interrogé sur les axes prioritaires de son ministère, M. Ben Romdhane n’a pas voulu divulguer les projets proposés avant d’être soumis au gouvernement pour les avaliser. Notons qu’un conseil ministériel sera tenu, demain le 18 février, afin de présenter ces priorités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here