Quel impact aura la chute du cours du pétrole sur l’économie algérienne ?

Suite à la chute du cours du pétrole, le Fonds monétaire international ( FMI ) a fait ressortir que l’économie algérienne souffre de vulnérabilités. Avec un baril de brent qui sera coté à 60-70 dollars au lieu de 110-120 dollars, l’ Algérie y devra faire face.

Pourtant bien qu’il dispose encore de réserves confortables, aussi bien en termes de réserves officielles de change que d’épargne publique, le rythme des dépenses de l’Etat, cristallisé dans l’augmentation du prix d’équilibre budgétaire en Algérie et qui est considéré comme l’un des plus élevés au monde, pose problème et impose la mise en place de réformes, au vu des enjeux pour l’avenir du pays.

Dans ce contexte, si l’ Algérie n’entreprend pas des réformes, les politiques actuelles conduiraient, selon le FMI, à la hausse des déficits budgétaires, desquels résulteraient un retour à l’endettement public qui pourrait atteindre les trois quarts du PIB.

De même que les déficits des comptes courants et la baisse des réserves de change risqueraient de passer de 180 milliards de dollars actuellement à 72 milliards de dollars à l’horizon 2020, causant une baisse de la croissance et une augmentation du taux de chômage.

A cet égard, le FMI a recommandé la réduction des dépenses publiques, sans toucher les dépenses d’investissements desquelles dépend l’avenir de la croissance en Algérie. Il faut, également, appuyer sur la consolidation budgétaire, en améliorant  les recettes et la gouvernance économique, permettant la baisse des déficits, la reconstitution des réserves, ainsi que la régression de l’endettement public à moins de 10% du PIB.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here