R. Abdesselam – Affaire du virement chinois : la Cour de cassation rend son verdict

La Cour de cassation de Tunis a décidé de rejeter  le pourvoi de l’ancien ministre des Affaires étrangères, Rafik Abdesselam, ce jeudi 12 février.

L’affaire du million de dollars viré par le gouvernement chinois sur le compte bancaire direct de l’ex-ministre, et ce, sans l’accord ni de la Trésorerie publique, ni du ministère des Finances, alors que le Code de la Comptabilité Publique  interdit l’ouverture de comptes spéciaux aux administrations sans un accord préalable du ministre des Finances, sauf dérogation explicite accordée par le ministre des Finances qui est, par ailleurs, le chef hiérarchique de tous les comptables publics.

Depuis presque deux ans, on n’a pas eu de nouvelles de l’affaire Sheratongate, et voilà que l’ancien ministre des Affaires étrangères devra se présenter devant le tribunal pour répondre aux accusations qui pèsent sur lui.

On l’appelle déjà le Sheratongate en référence au « Watergate » où les deux célèbres journalistes du Washington Post Woodward et Bernstein ont dévoilé et prouvé des activités illégales d’espionnage politique inculpant le Président américain de l’époque, Richard Nixon, et ses agents. Frappé d’impeachment  par le Congress, Nixon avait dû  démissionner en 1974.

Il est à rappeler que le 26 décembre 2012, la blogueuse Olfa Riahi a publié sur son blog une enquête sur le ministre des Affaires étrangères de l’époque Rafik Abdesselam, qui n’est autre que le gendre du leader du mouvement islamiste Rached Ghannouchi.

Trois ans après, Olfa Riahi, déclare via son post Fb,  que cette affaire est une grande victoire pour elle et surtout pour la justice tunisienne : “Cette décision constitue une grande victoire pour mon équipe de défense mais aussi et surtout pour la justice en Tunisie.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here