Le Front Populaire, sur les pas de la Gauche grecque ?

courant populaire

Contacté par leconomistemaghrebin.com, le secrétaire général du Courant Populaire et membre du conseil des SG du Front Populaire, Zouheir Hamdi a déclaré que le Front Populaire œuvrera pour devenir l’unique alternative pour le peuple tunisien dans les prochaines années, tout en indiquant que le contexte mondial est propice, notamment avec l’accession au pouvoir de la gauche en Grèce, représentée par Syriza et le succès que connaît actuellement le parti de gauche espagnol Podemos.

Il a rappelé que la position du Front Populaire est claire, car il se situe dans l’opposition. « Nous serons défavorable à tous les projets qui ne servent pas l’intérêt de la Tunisie et des citoyens », insiste-t-il.

En réponse à une question relative à l’avis du Front Populaire suite au premier discours du chef du Gouvernement Habib Essid, Zouheir Hamdi a déclaré que le discours ne s’est pas focalisé sur le volet socioéconomique et n’a pas apporté de réponses concrètes à la possibilité de création d’un nouveau modèle de développement qui rompt avec celui de l’ancien régime.  « Ce discours émane du régime qui a gouverné avant le 14 janvier », affirme-t-il.

Par ailleurs, M. Hamdi a regretté que le discours du chef du Gouvernement « n’ait  même pas effleuré la problématique de l’annulation ou l’audit des dettes de la Tunisie » et d’indiquer que l’audit des dettes est une question majeure pour le Front Populaire.

Pour notre interlocuteur, le problème réside dans le fait « que les partis au pouvoir sont des partis libéraux bien que l’un d’entre eux se veuille religieux ». « Des partis politiques libéraux n’adoptent pas de projets sociaux », conclut-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here