Tunis : principales mesures économiques

A l’ouverture de la séance plénière à l’ARP consacrée au vote de confiance au nouveau gouvernement, le chef du Gouvernement Habib Essid a présenté son programme de travail pour la période à venir. « On préparera un plan quinquennal qu’on soumettra à une consultation nationale élargie », a annoncé le chef du Gouvernement ce matin à l’ARP.

Le chef du Gouvernement a, à cette occasion, affirmé que la sécurité et la lutte contre le terrorisme sont les premières priorités de son gouvernement. « Une loi relative à ces priorités sera bientôt votée », a-t-il annoncé.

Sur le plan économique, M. Essid a souligné que la relance de l’inclusion économique est nécessaire pour garantir les droits des plus nécessiteux. Et d’ajouter que la loi de finances complémentaire sera le cadre des réformes autour desquelles il y aura des consultations.

Détaillant le volet économique de son programme, M. Essid a affirmé que 2014 était une année économique modeste et que le taux de chômage reste encore élevé, ce qui nécessite, selon lui, des réformes structurelles.

Il a, par ailleurs, annoncé que le nouveau gouvernement œuvrera à renforcer le rôle de la douane et la lutte contre le terrorisme, le crime organisé et l’évasion fiscale.

Quant à la politique des prix, le chef du Gouvernement a affirmé que la baisse des prix et l’application de l’article 4 de la loi relative aux prix pour contrer les hausses, geler et arrêter les augmentations exagérées sont les principaux défis que son gouvernement entend relever.

Evoquant la problématique de l’économie informelle, le programme du nouveau gouvernement a pour objectif d’inclure les commerces parallèles et toutes les structures parallèles. Ce même programme prévoit également des mesures visant à surmonter les obstacles auxquels ont fait face les projets de développement durant ces dernières années. « On prendra les mesures nécessaires pour relancer la saison agricole », a-t-il dit.

M. Essid a affirmé que la rationalisation de la compensation est l’une des réformes les plus nécessaires. Et d’ajouter qu’il faut réformer le Code des investissements pour encourager de nouveaux investissements et une réforme fiscale.

Le chef du Gouvernement a mis l’accent sur la nécessité de partenariat entre le public, le secteur privé et la solidarité sociale. Il a, dans ce même contexte, insisté sur l’importance de la formation de commissions qui se chargeront de suivre plusieurs secteurs/domaines, à savoir l’éducation, la santé, la compensation, etc.

Il a, à la fin de son discours, insisté sur le rôle de l’administration tunisienne à atteindre ces objectifs. « L’administration doit faciliter les choses  et non pas les rendre plus difficiles, l’administration doit aider non pas être un obstacle », a-t-il dit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here