BM- Cours du pétrole : vers une amélioration de 2% du PIB en Tunisie

énergie en Tunisie - l'économiste maghrébin

La chute de plus de 50% des cours mondiaux du pétrole, soit de 115 dollars le baril en juin 2014 à moins de 50 dollars actuellement, aura d’importantes conséquences pour les pays de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord ( MENA ), notamment les pays importateurs de pétrole tels que la Jordanie, la Tunisie, le Liban et l’Égypte, selon le dernier rapport de la Banque mondiale BM ).

« Les pays importateurs de pétrole de la région MENA bénéficieront de la diminution de la facture des importations de pétrole et du montant des subventions aux carburants, alors que les pays exportateurs perdront des recettes d’exportation et des recettes budgétaires », dixit le rapport.

D’ailleurs, la BM a dévoilé que les balances commerciales de ces pays pourraient s’améliorer jusqu’à  2 % de leur PIB. Par contre, les pays exportateurs de pétrole, dont l’Iran, l’Iraq, le Yémen et la Libye, afficheront des déficits budgétaires ou des excédents plus faibles.

Ces exportateurs pourraient, par conséquent, enregistrer une dégradation de leurs balances commerciales pétrolières de plus de 10 % du PIB en 2015.

Les pays exportateurs de pétrole membres du Conseil de coopération du Golfe ( CCG ) se trouvent dans une situation plus favorable, puisqu’ils disposent d’amples réserves, mais ils pourraient subir une perte de plus de 14% de leur PIB.

Pour y faire face, ils ont appelé à effectuer des ponctions sur leurs réserves, à contracter des dettes, et/ou à réduire les dépenses au titre des subventions aux carburants et des traitements dans le secteur public.

En conclusion, la BM a estimé que la baisse des prix du pétrole ralentira la croissance, mais n’entraînera pas une baisse des envois de fonds des pays membres du CCG.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here