Tunisie : Le quartet a-t-il encore une raison d’être ?

Après avoir réussi le marathon des élections, le parti majoritaire à l’Assemblée des représentants du peuple (ARP) a chargé Habib Essid de former le nouveau gouvernement tunisien. L’annonce du nom du nouveau Chef du gouvernement marque officiellement la fin de la mission de Mahdi Jomaa même si son gouvernement dispose encore de quelques semaines pour passer le flambeau au prochain gouvernement.

Rappelons-le, le gouvernement Jomaa a été le fruit d’une longue concertation entre les partis politiques, qui ont adhéré fin 2013 au quartet  composé de l’UGTT, de l’UTICA, de la LTDH et de l’Instance nationale de l’Ordre des avocats. Les concertations ont abouti à l’élaboration d’une feuille de route consensuelle à même d’ aider les partis politiques à sortir d’une crise survenue à la suite de l’assassinat de Mohamed Brahmi.

Pari réussi malgré tous les obstacles : la Tunisie a élu ses nouveaux députés, son nouveau président et son nouveau Chef de gouvernement. Tous les termes proposés par la feuille de route fixée par le quartet ont été appliqués.

Le parrain du dialogue national semble continuer sa mission.  Dans l’immédiat, une rencontre est prévue aujourd’hui entre le président de la République élu, Béji Caïd Essebsi et le quartet avant de charger Habib Essid de former le gouvernement dans un délai de 30 jours à compter d’aujourd’hui.

Après quatre ans de politique, aujourd’hui il y a maints autres choses plus difficiles à faire très vite : la mise en place de la sécurité, la relance économique, le retour de la confiance aux investisseurs et la maîtrise des équilibres macroéconomiques.

Aucune déclaration officielle ni de la part des partis politiques ni de celle de leurs membres n’a évoqué le sort du quartet après l’élection du nouveau président de la République et la formation d’un gouvernement ! Pour certains, l’existence aujourd’hui du quartet n’a plus de raison d’être. Mais que fera-t-on si les mêmes conditions de sa création et les mêmes politiques se reproduisaient ?

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here