Riadh Sidaoui : une leçon tunisienne de démocratie

Commentant la passation des pouvoirs entre le président sortant Moncef Marzouki et le nouveau président Béji Caïd Essebsi, le politologue tunisien Riadh Sidaoui a estimé que la Tunisie a dépassé l’étape du danger : « Malgré le report des élections qui étaient prévues pour la fin de 2012 ».

M.Sidaoui a estimé que le processus était difficile « mais depuis le lancement du Dialogue national, il a été démontré que la classe politique tunisienne était consciente et à la hauteur » et d’ajouter : « Surtout les grands partis politique qui ont compris que la Tunisie est une ligne rouge à ne pas franchir ».

De même, il a rappelé que ce qui s’est passé en Tunisie était une forme de débat politique qui n’a rien à voir avec le scénario syrien, irakien et libyen. « Ainsi la démocratie est l’alternance des élites au pouvoir d’une manière pacifique », précise-t-il.

Avec cette étape cependant, le politologue avance que le chemin à parcourir est encore long pour enraciner la démocratie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here