Russie : La souffrance des ménages modestes

En raison de la chute libre des cours du pétrole, de l’embargo alimentaire imposé par l’Occident suite à la crise ukrainienne et  l’effondrement spectaculaire du rouble sur fond de sanctions occidentales, l’inflation devrait atteindre environ 11,5% cette année en Russie, a estimé jeudi  dernier le ministre russe  des Finances.

Sur la semaine du 16 au 22 décembre, qui a vu la monnaie russe subir un plongeon historique, les prix à la consommation ont augmenté de 0,9 % par rapport à la précédente.

Par rapport au 1er janvier, leur hausse atteint 10,4 %, soit plus que l’estimation de 10 % donnée au début de décembre par la Banque centrale pour l’ensemble de l’année 2014.

La chute de la monnaie a d’ores et déjà entraîné une flambée des prix pour les produits importés prisés de la classe moyenne des grandes villes, avec des hausses de 20 à 50 % constatés pour l’électronique, par exemple, à Moscou.

Notons enfin que l’embargo décrété en août par la Russie sur la plupart des produits alimentaires européens et américains a nettement frappé les ménages modestes. Par rapport au début de l’année, le poisson s’est renchéri de 20,5 %, le fromage de 28,4 %, le bœuf de 10,5 %, le porc de 26,7 %, les pommes de 22,3 %, le chou de 44 %.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here