W.Bouchamaoui : L’industrie agricole, les services et l’emploi en point de mire

Lors d’une conférence de presse, organisée le 22 mars 2014, Wided Bouchamaoui, présidente de l’UTICA, Hichem Elloumi, premier vice-président et Hamadi Kooli, membre du bureau exécutif chargé des relations avec les pays arabes, ont présenté le bilan de leur visite, avec le Chef du gouvernement Mehdi Jomâa, dans les pays du Golfe.

Wided Bouchamaoui a annoncé que trois grands axes de coopération ont été étudiés durant cette visite, dont l’industrie agricole, les services (tourisme, santé, finances, logistique) ainsi que l’emploi.

Dans ce sens, les pays du Golfe offrent plusieurs postes d’emploi au profit des compétences tunisiennes, mais à condition qu’elles maîtrisent la langue anglaise. L’UTICA est disposée à s’en charger et à former les compétences nécessaires.

En effet, les responsables des pays du Golfe ont très bien accueilli la délégation tunisienne et ont exprimé leur confiance à la Tunisie, ses investisseurs, son peuple et ses compétences. Ils se sont dits, selon Mme Bouchamaoui, prêts à investir en Tunisie, vu son emplacement stratégique et ses capacités, mais en  exigeant, en premier lieu, un business plan bien étudié. Ils ont évoqué, en second lieu, les projets bloqués espérant un déblocage rapide de la situation, soit 5% des investissements du Golfe sont bloqués en Tunisie.

D’ailleurs, la présidente du patronat syndical a appelé à la mise en place d’une commission de suivi, composée des représentants du gouvernement et de l’UTICA, pour trouver des solutions immédiates à tout type de retard. Elle a, de même, appelé à la mise en place d’un business plan précis et détaillé.

En marge de ce briefing , Wided Bouchamaoui a précisé que le but ultime de cette visite était de rassurer les investisseurs de ces pays. Elle a, également, exprimé la satisfaction de l’UTICA de l’initiative de M. Jomâa de se faire accompagner  par des hommes d’affaires lors de ses déplacements officiels, regrettant que cette décision n’ait pas été initiée lors de ses voyages en Algérie et au Maroc, avec lesquels les hommes d’affaires tunisiens ont le plus de relations.

Hamadi Kooli a souligné, de son côté, que malgré la manne financière dont disposent les pays du Golfe, ils ont un manque important en produits alimentaires à cause des conditions climatiques assez rudes de leurs pays. La Tunisie peut, selon lui, être le fournisseur de ces pays en denrées alimentaires en produisant, en stockant, en transformant, en commercialisant et exportant ces produits, tout en restant propriétaire de ses terres. Il a lancé, à cet égard, un appel à tous ceux qui sont intéressés par ces projets à se manifester.

M. Kooli n’a pas caché son optimisme, en voulant transformer la Tunisie d’un pays dépendant d’un point de vue alimentaire en un pays autosuffisant et, qui plus est, capable d’approvisionner les pays du Golfe. Pour couvrir nos besoins et être capables d’exporter, cela ne peut s’accomplir qu’au bout de 7 ans, a-t-il estimé.

Pour sa part, Hichem Elloumi a déclaré qu’un intérêt particulier doit être accordé à l’industrie automobile et aéronautique, espérant attirer de grands constructeurs automobiles. Ce genre de projet pourrait, d’après M. Elloumi,  créer environ 30.000 emplois.

A noter que les hommes d’affaires des pays du Golfe sont intéressés par l’expérience tunisienne dans ces domaines.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here