Cevital maintient son offre de reprise de FagorBrandt à fin mars

Le plan de sauvetage du fabricant français d’électroménager FagorBrandt présenté il y a deux mois par le conglomérat algérien Cevital risque fort bien de ne pas être finalisé. En effet, l’opération de sauvetage pour éviter sa liquidation, souhaitée et pilotée par les différentes parties prenantes françaises et le conglomérat algérien Cevital, a été freinée par une décision de la justice espagnole exigeant une revalorisation de l’offre, notamment pour les marques commerciales détenues par une filiale espagnole de l’entreprise.

Or, sans la cession de ces marques (Brandt, Vedette, Sauter, De Dietrich…) qui font la valeur de FagorBrant, Cevital ne maintiendra pas son offre de reprise et le tribunal de commerce de Nanterre (France) pourrait dès jeudi mettre FagorBrandt en liquidation.

La semaine dernière, les usines de FagorBrandt et ses 1.800 salariés ont été de nouveau à l’arrêt et leur situation est jugée critique, d’autant que le repreneur algérien Cevital et le gouvernement français n’ont plus que quelques jours pour éviter cette liquidation pure et simple, suite à la décision du tribunal espagnol qui a compromis sérieusement le sauvetage de FagorBrandt.

Notons que depuis le 14 mars, Cevital et le gouvernement français négocient avec l’Espagne pour une révision de la décision, d’autant que Cevital n’a pas l’intention de surenchérir à son offre de 10 millions d’euros de plus, soit 35 millions d’euros au total, alors que l’offre de départ de Cevital était de 24 millions d’euros.

Le conglomérat algérien a limité la validité de son offre à fin mars 2014.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here