Tunis – BFPME : Nouveaux outils pour le financement des PME

Comment assurer un meilleur accès au financement pour les  petites et moyennes entreprises (PME) ? C’est à cette question et pour contribuer à solutionner cette  problématique que  la Banque de financement des petites et moyennes entreprises  (BFPME) a conclu un partenariat avec la SOTUGAR et la BPI France. Ce partenariat vise notamment la réduction des délais, le développement des capacités des PME,  de leur politique commerciale et de leurs ressources humaines.

Réalisé dans le cadre du programme de jumelage entre institutions tunisiennes et européennes à travers le programme P3A, cet accord a permis à la BFPME de créer quatre nouveaux outils de financement mieux adaptés aux spécificités des PME tunisiennes.

Il s’agit du contrat de développement (CDD), du factoring (en partenariat avec Tunisie Factoring), du leasing (avec Tunisie leasing) et d’un produit bancassurance (avec GRAS SAVOYE Tunisie).

Afin de lancer ces produits, notamment le CDD, la BFPME, en collaboration avec ses partenaires, a organisé une série de séminaires d’information à l’intention des opérateurs économiques et en particulier les PME, principale clientèle ciblée par les nouveaux outils. Les trois premiers séminaires se sont déroulés à Béja, Sfax et Gabès et c’est aujourd’hui à Tunis que s’est tenu le dernier et quatrième séminaire à l’intention des opérateurs du Grand-Tunis.

Au programme, des interventions des différents partenaires, des témoignages et des rencontres B to B pour mieux faire appréhender ces nouveaux outils et répondre aux interrogation des clients de la banque présents nombreux à cette manifestation.

Cette nouvelle approche de la BFPME est une réponse au gap important entre l’importance des PME dans le tissu industriel et le financement de ces entreprises. En effet, le financement des PME est assuré à concurrence de 20% par les banques,13% par les sociétés de leasing et à plus de 50% par l’autofinancement.

Premier outil opérationnel, le Contrat de Développement (CDD), développé en partenariat avec la SOTUGAR, est un instrument pratique et souple finançant l’ensemble des besoins immatériels des PME pour innover, se développer et viser l’international.

Le financement demandé peut avoir pour objet la certification produit ou système, les plans marketing, la formation, l’achat de logiciels ou les contrats de franchise de marques commerciales.

Toutefois, pour postuler à cet outil, le bénéficiaire doit être une PME performante, à potentiel de développement, ayant au moins trois ans d’existence et un taux d’endettement inférieur à 65%. Le montant du crédit alloué dans le cadre du CDD varie entre 40.000 et 600.000 DT avec un plafond égal au montant des fonds propres de l’entreprise.

Pour ce qui des garanties en cas d’éligibilité, c’est la SOTUGAR qui intervient à hauteur de 60% portée à 75% dans les zones de développement régional.

Afin d’améliorer le financement des projets  candidats au CDD, la BFPME a signé  une convention avec le programme PECAM  en vertu de laquelle la BFPE finance les investissement matériels et immatériels (via le CDD) sur la base d’une expertise (technique, managériale, organisationnelle et/ou commerciale) fournie par les experts du PCAM.

La principale nouveauté de cet outil CDD et qu’il offre une nouvelle formule de financement des besoins immatériels et des investissements, et ce, à faible ou sans valeur de gage. C’est aussi un investissement de longue durée (durée maximale de remboursement de 7 ans avec une période de grâce de deux ans) qui donne aux investissements le temps de produire leur plein effet.

Les deux témoignages au programme de cette journée ont permis de connaître les difficultés et les problématiques que rencontre une PME pour satisfaire ses besoins financiers.

La première société la SORAN est spécialisée dans les enseignes et la signalétique et est installée dans le gouvernorat de l’Ariana depuis 2006. Sur recommandation des experts du PCAM,  la société, qui a eu un besoin d’un financement, s’est adressée à la BFPME notamment pour se développer à l’international.

Le second témoignage est la société Gourmandise, spécialisée dans la pâtisserie, qui a déjà réalisé trois programmes de mise à niveau et qui a eu des besoins complémentaires de financement pour maintenir son développement.

L’après-midi de la journée a été consacrée à des rencontres B to B  entre les promoteurs et chefs d’entreprise et les représentants de la BFME et de ses partenaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here