Le MDS devient le Mouvement des Démocrates Sociaux

Le Mouvement des Démocrates Socialistes a opté pour une nouvelle appellation : le Mouvement des Démocrates Sociaux. De socialistes à sociaux, le conversion pourrait paraître infime ; le changement n’induisant pas, selon les membres du parti, une déviation de la ligne directrice du parti qui n’est autre que «  la revendication de la justice sociale ».

Mais le chemin qui a conduit à ce changement fut long et compliqué. Dans une conférence de presse tenue ce matin, Ahmed Khaskhoussi, secrétaire général du Mouvement des Démocrates Sociaux, a tenu à en préciser les étapes.

Pour cet homme politique de gauche, les causes de la scission remontent à l’époque de Ben Ali, quand une partie du Mouvements des Démocrates Socialistes a été mise au pas par la dictature, pour participer, « au grand dam des vrais résistants », à la fausse image du pluralisme sous Ben Ali. Mais les divergences se seraient davantage creusées à la suite des événements du 14 janvier 2011, quand, a-t-il expliqué,  « les collaborateurs de l’ancien régime, qui recevaient des primes de plusieurs milliers de dinars, ont, sans vergogne aucune, essayé de s’approprier l’histoire du MDS et de son militantisme ».

Le combat autour du legs historique du parti, qui s’est traduit en un long duel judiciaire, ainsi que « la sale étiquette de collaboration avec l’ancien régime », ont ainsi amené Ahmed Khaskhoussi et ses amis à rompre avec l’ancienne structure et à commencer une nouvelle étape sous une nouvelle dénomination.

Se projetant dans l’avenir, le secrétaire général du nouveau parti a déclaré ne pas attacher une grande importance à la prochaine échéance électorale. D’ailleurs à ses yeux, les conditions minimales pour des élections libres, démocratiques et transparentes n’existent pas, « avec l’argent politique qui coule à flot, la polarisation idéologique et l’instabilité du climat socioéconomique… ».

Le MDS, le nouveau, se concentrera donc sur l’établissement de ses structures, se basant sur l’expérience des militants de l’ancien MDS et sur la motivation de ses futurs partisans. Entre- temps, Ahmed Khaskhoussi tiendra à peaufiner son livre « L’écume et l’eau », un livre à mi- chemin entre le documentaire et l’autobiographique qui comprendra les interventions du secrétaire général à l’ANC avant sa démission et ses prises de position face à « ses détracteurs », dont notamment Mustapha Ben Jaafar, président de l’ANC et ancienne figure du MDS.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here