Tunisie : Attijari bank à l’écoute des sourds

Il semble que le concept de la (RSE) responsabilité sociétale de l’entreprise commence à se frayer un chemin dans les milieux économiques tunisiens et ce ne sont plus des déclarations accordées aux médias par des hommes d’affaires soucieux de leur image ou des promesses non tenues. Attijari bank demeure, quant à elle, soucieuse de la promotion du savoir et du développement de l’esprit entrepreneurial chez les jeunes, nous confie M. Sofienne Houari, responsable des relations extérieures de la banque tunisienne. Aujourd’hui 13 mars, l’Association tunisienne d’aide aux sourds (Centre Hrairia) a invité quelques responsables d’Attijari bank à assister à une fête organisée pour célébrer la Journée nationale de l’habit traditionnel et les responsables ne se sont pas faits priés.

Attijari centre Harairi L'Economiste MaghrébinLes liens entre l’association et cette banque tunisienne ne datent pas d’hier, car pour la troisième année consécutive, cette banque qui prône une approche sociétale manifeste sa générosité, en apportant un soutien considérable aux enfants malentendants.

En effet, durant toute cette période, la direction de la banque a pris en charge les repas et les goûters des habitués de l’association. D’ailleurs en mai 2013, le centre a reçu un nombre considérable d’appareils médico-pédagogiques, pour l’éducation de ces enfants déficients auditifs, offerts par Attijari bank. Encore une preuve de l’engagement et du suivi de la banque en matière d’environnement éducatif. Lors de cette cérémonie haute en couleur, Sofienne Houari nous a déclaré que ce genre d’initiative émane de la propre conviction des dirigeants de la banque de promouvoir le savoir. Mais également « de l’incapacité de l’Etat à gérer et résoudre tous les problèmes du pays, d’où l’importance de l’intervention des entreprises et du secteur privé, pour assumer leur part de la responsabilité sociétale », avance-t-il.

Le représentant d’Attijari bank a exprimé son souhait de voir d’autres initiatives fleurir dans cette perspective, de la part d’autres entreprises tunisiennes, qui prendraient en charge d’autres établissements ou soutiendraient des écoles abandonnées. D’ailleurs, ce centre n’est pas le premier à avoir bénéficié de l’aide d’Attijari bank. Qu’on en juge : 100 élèves de l’école primaire « 4 avril », à Oued Mliz dans le gouvernorat de Jendouba, ont bénéficié de cartables et de fournitures scolaires, pour leur permettre de suivre leurs cours sans gêne.

Attijari mécénat L'Economiste MaghrébinQue représente finalement cette aide bancaire pour l’Association tunisienne d’aide aux sourds ? Pour Madame Olfa Hkimi, qui en est la présidente, la création de l’association est une initiative privée en 2004, mais des difficultés financières sont apparues, notamment en raison du fait que « le ministère de tutelle de l’époque n’a pas fait son devoir ». La subvention demeurait le problème crucial de ce centre et Attijari bank est intervenu pour donner un coup de main à cette association.

Les 54 enfants du centre sont issus de quartiers populaires et de famille très moyenne. A cet égard, Mme Olfa Hkimi regrette l’absence d’un psychologue, car plusieurs enfants manifestent une hostilité et une violence considérables, qui ne peuvent être uniquement canalisées par les instituteurs présents. Une situation épineuse qui s’aggrave avec le temps, conclut-elle avec amertume.

Attijari malentendants L'Economiste Maghrébin

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here