Tunisie – Tunisiana : les grévistes campent sur leur position

Leconomistemaghrebin.com braque la lumière sur la grève du personnel de Tunisiana et donne la parole à l’administration et aux grévistes.

« Nous ne manquerons pas de poursuivre la grève au cas où nos revendications ne seront pas satisfaites par la direction de Tunisiana », confie Mehdi Nefethi membre du syndicat de base du personnel de  Tunisiana à leconomistemaghrebin.com. Cette déclaration intervient sur fond de grève, décrétée par le syndicat de base du personnel de Tunisiana soutenu par  l’UGTT, suite à l’échec d’une séance de conciliation le 24 février. La grève durera trois jours, du 26 au 28 février.

Le syndicaliste a pris soin de nous rappeler les revendication des grévistes : l’augmentation des salaires pour l’année 2014 et l’obtention de quatre primes : une prime de risque pour les techniciens, une prime de casque pour les téléconseillers, une prime d’uniforme et une prime de transport.  « Les téléconseillers reçoivent quotidiennement un flux considérable d’appels, ce qui pourrait engendrer des problèmes de santé au niveau de leurs oreilles », affirme-t-il pour justifier la demande de prime de casque.

D’ailleurs en date du 7 janvier 2013, lors d’une séance de conciliation entre l’administration et les syndicalistes, tenue à l’Inspection du travail, l’administration avait octroyé les quatre primes précitées, mais « qui sont restées lettre-morte à ce jour », nous informe-t-il. D’après le syndicaliste, « Tunisiana a réalisé des bénéfices de l’ordre de 240 millions de dinars en 2013 et a toujours accordé des augmentations en fonction des performances du personnel ».

« Le refus d’accorder les primes et les augmentations salariales pourrait nous amener à dire que Tunisiana entame une politique de licenciement pour alléger ses charges à l’instar de plusieurs autres entreprises dans le monde », estime-t-il.

Contactée, Mme Fatma Ben Hadj Ali, responsable des relations de presse, nous a éclairés sur la position de l’administration. Elle nous a affirmé que la position officielle de l’entreprise a déjà été annoncée par le biais d’un communiqué officiel.

En effet, à bien examiner ce communiqué, il en ressort une réaction de l’administration de Tunisiana bien mesurée : Wissem Badri, directeur exécutif des ressources humaines à Tunisiana, affirme « que nos collaborateurs ont des attentes, mais nous sommes exceptionnellement dans l’incapacité d’y répondre. Il s’agit d’un contexte particulier et nous avons été contraints de prendre des mesures exceptionnelles »; et d’ajouter que  « nous restons ouverts et sommes prêts à reprendre les discussions avec les partenaires sociaux et à offrir des garanties sur le moyen terme à nos collaborateurs ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here