Algérie : une balance commerciale de plus en plus vulnérable

L’agence de presse APS  rapporte que la Banque d’Algérie (BA) s’est félicitée mercredi des performances macroéconomiques réalisées par l’Algérie en 2013 mais a, une fois encore, mis en garde contre une balance des paiements de plus en plus vulnérable.

La désinflation qui s’est « confirmée », le niveau appréciable de l’épargne nationale, la consolidation de la stabilité financière extérieure comme en attestent l’encours des réserves de changes et l’équilibre du taux de change du dinar, ainsi que la forte croissance des crédits à l’économie, « militent en faveur de la réalisation progressive du véritable potentiel de croissance à partir de 2014 », s’est réjoui M. Laksaci, gouverneur de la Banque d’Algérie.

« L’investissement productif dans les secteurs hors hydrocarbures devrait apporter une contribution accrue au potentiel de croissance qui devrait être porté aussi par une dynamique plus soutenue en termes de réalisation des investissements dans le secteur des hydrocarbures à court terme », a-t-il prédit.

Mais l’évolution de la balance extérieure courante en 2013 confirme « la vulnérabilité de la balance des paiements extérieurs à toute contre-performance des exportations d’hydrocarbures », a-t-il d’autre part averti.

L’excédent de la balance des paiements de l’Algérie a fléchi à 130 millions de dollars en 2013, affecté par la baisse des recettes pétrolières, d’un côté, et la hausse des importations de l’autre, selon la note de la BA.

En 2012, cet excédent était de 12,6 milliards (mds) de dollars. Il était de 20,14 mds USD en 2011.

M. Laksaci a imputé cette défaillance de la balance des paiements au fort recul des quantités d’hydrocarbures exportées qui ont baissé de 7,3%. En valeur, les recettes des exportations des hydrocarbures se sont contractées de 10,2% s’établissant à 63,3 MDS de dollars en 2013 contre 70,5 MDS de dollars en 2012.

Le recul de la balance des paiements a été en outre aggravé par une hausse des importations de biens qui se sont chiffrées à 55,1 MDS de dollars en 2013 contre 51,5 MDS de dollars en 2012. Le gouverneur a relevé que le « niveau d’importations atteint en 2013 est non soutenable eu égard au profil des exportations tant en volume qu’en valeur ».

M. Laksaci a, par ailleurs, affirmé que la Banque d’Algérie lancera sa centrale des risques crédits modernisée courant 2014, en annonçant la mise en œuvre par les banques des normes prudentielles de Bâle II à partir d’octobre prochain.

 « L’année 2014 verra la mise en place d’une centrale des risques moderne et globale », a-t-il déclaré.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here