Tunis : la hausse du déficit des caisses sociales se confirme

caisses sociales

Le déséquilibre financier dans le système de protection sociale tunisien est exponentiel et se confirme d’une année à l’autre.  Selon des chiffres présentés aujourd’hui  par Khaled Sdiri, expert en sécurité sociale, dans le cadre d’un séminaire sur l’état des lieux et les défis de la sécurité sociale en Tunisie, le déficit des caisses sociales  s’est multiplié, depuis 2010, par sept.

En 2013, ce déficit (toutes les caisses) a atteint 281,6 millions de dinars contre 40 millions de dinars en 2010. La plus forte hausse de ce déséquilibre financier entre les ressources et les dépenses a été notamment enregistrée en 2011 lorsque ce déficit a atteint 185,1 millions de dinars, soit une augmentation de 120 millions de dinars par rapport à  celui enregistré en 2010.

Le plus fort niveau de déficit  a été enregistré à la Caisse nationale de la retraite de la prévoyance sociale (CNRPS) qui a connu, à elle seule, un déficit de l’ordre de 212 millions de dinars en 2013.

Malgré un déficit de 35 millions de dinars en 2012, la Caisse nationale de l’assurance maladie (CNAM), dont la création ne remonte pas loin (créée en 2004), a pu récupérer le déséquilibre pour passer à un bilan positif de l’ordre de 17 millions de dinars en 2013.

Pour faire face à ce problème, des réformes qui s’imposent dans l’urgence, notamment par la création d’un socle de protection sociale plus adéquat.  Il faut donc une grande fermeté dans le diagnostic de la situation du système de la protection sociale en Tunisie. La hausse décidée dans la cotisation aux différentes caisses sociales n’a pas pu donner les résultats escomptés, ce  qui nécessite des réformes structurelles qui prennent en considération tous les indicateurs socio-économiques du pays.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here