Haykel Ben Mahfoudh : l’atteinte à l’ordre public, le danger le plus grave

Haykel Ben Mahfoudh estime qu’en plus du terrorisme, les crimes de l’ordre public représentent un grand danger à court terme.

Durant une conférence-débat organisée samedi par l’association Nour et les forums Aljahedh et Ibn Rochd autour du thème de la réconciliation nationale, Haykel Ben Mahfoudh, expert sécuritaire et secrétaire général du Forum Ibn Rochd, a évalué le coût sécuritaire de la transition. «  Il ne faut pas être un expert en la matière pour se rendre compte du coût très élevé des répercussions du retard du processus de la justice transitionnelle, a-t-il ainsi annoncé, regrettant les atermoiements du processus de la justice transitionnelle.

Car, pour Haykel Ben Mahfoudh, la réconciliation nationale, condition sine qua non à la prévalence de la sécurité, n’est pas un raccourci de l’histoire, mais plutôt un aboutissement de tous les efforts de consensus, que ce soit dans le cadre de la justice transitionnelle ou au niveau du dialogue national.

Un aboutissement qui demande toutefois des préalables nécessaires, allant d’une volonté politique plus ferme à contrer le terrorisme et la violence, jusqu’à une lutte plus hardie contre l’impunité. « L’impunité affaiblit l’Etat  et ses institutions et lui ôtent sa capacité à faire prévaloir la loi et à rendre la justice aux citoyens, ce qui ouvre la porte à toutes sortes de dépassements », a-t-il ainsi expliqué.

Selon Haykel Ben Mahfoudh, le terrorisme qui doit être évalué à sa juste valeur, sans exagération, ni sous-estimation est certes le plus grand défi, mais d’autres défis sont tout aussi importants. « La contrebande par exemple et les crimes contre l’ordre public représentent à moyen terme le plus grand danger qui menacent de compromettre tous les processus dans la société tunisienne », a-t-il lancé.

Mais pour cet expert sécuritaire, également juriste de formation, le rétablissement de la justice en tant que pouvoir, passe par un travail de mémoire. «  Il y a eu des exactions graves que la justice doit absolument trancher. Cette reconstruction est essentielle pour la réconciliation et surtout pour l’auto-réconciliation. », a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here