Algérie : 7% de taux de croissance en 2013

Le fort rendement de l’industrie du pétrole et du gaz et  l’accroissement soutenu de la production d’hydrocarbures et de produits agroalimentaires ont permis à l’économie algérienne de progresser régulièrement au cours des dernières années : son taux de croissance s’étant établi à 4 %, en 2002, et à 7 %, en 2003.

Dilemme : le secteur des hydrocarbures  génère beaucoup de recettes pour l’Algérie mais ne contribue pas à réduire le chômage, qui était passé à 29 %, en 2003, d’autant plus que le taux de chômage peut atteindre jusqu’à 50 % chez les moins de 30 ans ; sachant qu’entre 60 et 70 % de la population se situe dans ce groupe d’âge.

Pour faire face à ce problème récurrent, le gouvernement algérien s’est lancé dans des projets de construction de logements, de routes et de réseaux hydrauliques à forte intensité de main-d’œuvre pour employer les jeunes chômeurs, dont le nombre croît sans cesse.

Rappelons que le secteur des hydrocarbures représente 60 % des recettes prévues au budget, 30 % du PIB et 97 % de l’ensemble des recettes d’exportation. Grâce à sa production, le budget est équilibré, la balance des paiements est excédentaire et les réserves de devises, qui atteignaient 32 milliards de $US en 2003, croissent régulièrement.

Le PIB réel et le PIB par habitant ont aussi connu une progression soutenue. Le PIB réel a atteint 62 millions de $US, en 2003, soit près de 20 % de plus qu’en 2000. Le PIB par habitant a atteint un sommet sans précédent de 1 890 $US, en 2003.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here