Tunis : Le British Council ouvre le débat sur le chômage des jeunes

Une journée d’étude ayant pour thème «  Le chômage des jeunes » a été organisée aujourd’hui 29 janvier par le British Council à Tunis.  

Le chômage des jeunes n’est pas uniquement le souci des autorités tunisiennes. La Grande-Bretagne s’y intéresse aussi. En effet,  une conférence ayant pour thème l’emploi des jeunes organisée par le British Council s’est tenue aujourd’hui à Tunis. Inaugurant la journée, l’ambassadeur britannique en Tunisie, Hamish Cowel, a rappelé dans son intervention que le chômage des jeunes n’a pas épargné son pays qui  s’efforce lui aussi à mettre en œuvre des stratégies capables de lutter contre ce phénomène : «  Il faut qu’il y ait des solutions radicales pour contrer ce problème persistant », déclare-t-il. Il a,  également, souligné l’importance «  de la coopération et l’échange d’expérience entre les deux pays afin de trouver les solutions au chômage des jeunes ». Des actions concrètes ? Oui il a rappelé à ce propos que son pays soutient  la Tunisie en matière de financement des PME et a mis l’accent sur l’importance de la formation professionnelle.

Karim Boumhales de l’Agence tunisienne de la formation professionnelle, a rappelé quant à lui à l’auditoire que le ministère de l’Emploi et de la Formation professionnelle œuvre pour réformer ce secteur et le rendre plus adapté aux nécessités du marché tunisien et au marché international.

Il est à rappeler à ce propos que ce projet comporte plusieurs aspects et  est constitué de quatre axes et chaque axe vient pour résoudre un problème bien déterminé.

Il a été proposé en premier lieu de former un comité national permanent pour le  développement des ressources humaines qui travaillera sous la houlette de la présidence du gouvernement.  Ce  comité sera constitué  de représentants de la Présidence de la République, des ministères de l’Education  et de l’Enseignement supérieur et avec la participation des parties concernées. Le  projet en question prévoit l’instauration d’une nouvelle approche du partenariat :   multipartenaire, multisectorielle et multidimensionnelle au niveau régional et local.

La  parole a été cédée ensuite à Mélanie Relton, directrice régionale chargée de la formation professionnelle auprès du British Council qui a pris soin d’expliquer la stratégie adoptée pour promouvoir l’employabilité des jeunes. Elle a mis l’accent sur la réforme des programmes scolaires et universitaires :   « Les programme scolaire et universitaire doivent déjà préparer l’étudiant à la vie d’entreprise et lui procurer les outils indispensables pour s’intégrer dans le milieu professionnel », affirme-t-elle.  Pour elle : « La compétitivité dans le domaine de l’emploi n’est pas uniquement au niveau national, elle est aussi au niveau international car la maîtrise de plusieurs langues  met le demandeur d’emploi en concurrence avec d’autres demandeurs d’emploi issus de plusieurs  pays « , précise-t-elle

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here