Tunis, une ville en apnée sous les ordures

Une grève a été entamée le 10 janvier par les agents municipaux de la Ville de Tunis. Conséquence : la capitale croule, pour la énième fois, sous les ordures. Le syndicat affirme qu’il n’a pas pris part à la grève et que seule une poignée d’agents ont empêché la reprise du travail.

La situation environnementale des villes en Tunisie est le moins qu’on puisse dire catastrophique. Qui est responsable de cette dégradation sanitaire ? Les parties prenantes sont nombreuses, autorités et citoyens se partageraient cette responsabilité et inévitablement les conséquences.

En se promenant dans les rues de Tunis, c’est à se demander réellement si l’auteur du Parfum, Patrick Suskind, s’en est inspiré pour décrire le Paris du 18ème siécle : « A l’époque dont nous parlons, il régnait dans les villes une puanteur à peine imaginable pour les modernes que nous sommes… Et c’est naturellement à Paris que la puanteur était la plus grande, car Paris était la plus grande ville de France». La ressemblance semble pourtant frappante à première vue. L’état de salubrité de la ville capitale est si dégradé au point que les paroles de Houmani deviennent une sorte de vérité générale succincte pour la décrire.

Les rues de Tunis deviennent alors une source de questionnements existentiels : « Mais comment cette quantité de saletés a pu se déposer ici ?  Que s’est-il passé pour que les rues se trouvent dans un tel état ?  Ou  encore tout simplement à qui la faute? »

Tunis pollution - L'Economiste Maghrébin

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«  Certainement pas aux agents municipaux grévistes » qui ont fait grève du 10 au 14 janvier, nous affirme M. Nacer Selmi, secrétaire général du syndicat des municipalités de Tunis, joint par téléphone. « La poursuite de la grève, après cette date, a été une surprise même pour le syndicat qui était en pleine négociation avec la présidence du gouvernement autour des grands axes de l’agenda professionnel concernant le fonctionnement des municipalités ». Après une réunion organisée le 14 janvier, des mesures concernant le gel des promotions et l’augmentation de la prime de risques liées aux conditions de travail ont été prises, telles que détaillées par le communiqué du Ministère de l’Intérieur. Cependant, « contre toute attente, six agents municipaux, accompagnés par des personnes n’appartenant pas à la municipalité ont décidé de continuer le mouvement et ont empêché leurs collègues de reprendre le travail, allant jusqu’à les menacer. Une plainte a d’ailleurs été déposée contre ces agents », relate M. Selmi, ajoutant « que les agents municipaux reprendront leur travail sous la protection d’agents de police, de peur d’être agressés ». Une cellule de crise a été également constituée pour palier à cette situation intenable peut-on lire sur le site d’Express Fm.

Tunis pollution grève - L'Economiste Maghrébin

 

 

 

 

 

 

 

 

Cependant, cette situation ne date pas d’hier ou depuis le début de la grève, le 10 janvier. La situation environnementale de Tunis empire de plus en plus. En effet, depuis 2012, le problème de la mauvaise gestion des déchets ménagers est posé, concernant non seulement Tunis mais également toute la Tunisie.

Pollution Tunis - L'Economiste Maghrébin

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here