Radhi Meddeb : « Il est difficile de réformer le secteur financier »

Intervenant sur les ondes radiophoniques d’Express fm, l’expert économique Radhi Meddeb est revenu sur la situation générale  du pays. D’après l’intervenant,  l’ambiguïté caractérise la situation économique, politique et sécuritaire en Tunisie.

L’économiste, loin de donner des réponses satisfaisantes s’est contenté de  lancer  des questions : « Nous ne connaissons pas encore toute la  réalité sur le terrorisme en Tunisie encore moins sur les  événements du MontChaâmbi. Pourtant ces événements datent de mai 2013 » avant de rappeler l’incertitude qui  règne sur le sort du  leader du groupe d’Ansar Ascharia, Abou Iyadh.

S’exprimant sur le secteur financier, Radhi Meddeb a déclaré  que sa situation est épineuse et que sa réforme demeure difficile :  « La réforme du secteur financier  nécessite des solutions politiques courageuses étant donné que ce secteur est dans une situation catastrophique ».

En ce qui concerne la situation économique, l’économiste a déclaré qu’elle a dégénéré depuis 2011 puisque «  le taux de chômage qui était aux environs de 13%  a atteint 15,7% aujourd’hui selon les chiffres officiels » ajoutant que les recrutements massifs au sein de la fonction publique « ont alourdi  les charges de l’Etat et l’empêche de surmonter  la période actuelle ».

Ces problèmes économiques déclare Radhi Meddeb se manifestent par les indices suivants : la cherté de la vie, une flambée des prix et l’augmentation des importations et tous ces «  facteur ont lésé les Tunisiens ».  

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here