Lettre ouverte des Tunisiens à l’étranger à Mehdi Jomaa

Dans une lettre ouverte au prochain premier ministre Mehdi Jomaa, 16 associations de Tunisiens à l’étranger ont exposé leurs revendications, puisqu’ aucune « de leurs attentes ou de leurs revendications n’ont été, à ce jour, réalisées ».

Les signataires de la lettre s’expriment en ces termes : « Nous constatons que les pratiques et les méthodes de l’ancien régime que nous avons fermement dénoncées en leur temps et que nous pensions révolues avec la révolution sont à nouveau remises au goût du jour, alors que la situation de nombreux Tunisiens à l’étranger, notamment ceux de la harga et de leurs familles est des plus dramatique ».

Les signataires de la lettre attendent que le gouvernement de la Tunisie s’engage à:

  • Signer les conventions internationales et notamment la Convention de l’ONU sur la protection des droits des travailleurs migrants et des membres de leur famille (du 18 décembre 1990 et entrée en vigueur en juillet 2003);
  • La remise à plat des divers accords bilatéraux et autres conventions de main-d’œuvre signés avec certains pays européens (France, Italie, Allemagne, Belgique …) et la nécessité d’entamer leur renégociation dans un sens plus favorable aux Tunisiens à l’étranger;
  • Refuser la signature de l’accord de mobilité proposé par l’UE dont l’approche sécuritaire et plus qu’évident et qui est une autre façon d’imposer une externalisation des contrôles migratoires;
  • Mettre en place une commission d’enquête indépendante au sujet des migrants (harraga) disparus;
  • Adopter des lois sur l’asile et les migrations qui garantissent les droits des migrants, des demandeurs d’asile et des réfugiés étrangers en Tunisie, en conformité avec les traités internationaux et qui bannissent toutes les formes de discrimination et d’exclusion;
  • Promulguer une loi criminalisant les actes et propos à caractères racistes;
  • Revoir les nominations partisanes qui ont eu lieu dans les divers services consulaires et les représentations diplomatiques et qui laissent planer un doute sérieux quant à la transparence des prochaines élections;
  • Lancer une véritable concertation avec les réseaux associatifs des Tunisien-nes à l’étranger, ainsi que la société civile en Tunisie, afin que les attentes et les revendications trouvent enfin un début de réalisation.

Associations signataires:

Association Démocratique des Tunisiens en France – ADTF

Association Démocratie et Veille Citoyenne – NICE

AIDDA

Association de Tunisiens de l’Isère Citoyens des Deux Rives

Association des  Tunisiennes et Tunisiens en Suisse – ATTS

Association des Tunisiens en France – ATF

CFT

COLLECTIF 3 C

Comite des Immigres Tunisiens en Italie – CITI

Comité pour le Respect des Libertés des Droits de l’Homme en Tunisie – CRLDHT

Coordination des Assises de l’Immigration Tunisienne – CAIT

Fédérations des Tunisiens pour une Citoyenneté des deux Rives – FTCR: (ACDR – ATNF – UTAC- Zembra)

JASMIN MÉDITERRANÉE

MCTF

Union des Travailleurs Immigrés Tunisiens – UTIT

Yonga- Solidaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here