Moncef Barcous : lancement d’un nouveau projet

Le recyclage des vêtements usagés est le nouveau projet de l’homme d’affaires tunisien Moncef Barcous.  Le projet consiste à recycler des vêtements usagés importés d’Afrique et d’Asie, selon des méthodes scientifiques, et de les réexporter. L’homme d’affaires tunisien a expliqué, sur les ondes radiophoniques de Shems fm,  que son projet pourrait créer 20 mille emplois dans le domaine du textile dont 5000 pour les titulaires de diplômes. Quant au retour sur investissement, le projet peut générer des revenus aux environs des 1250 MD.

Moncef Barcous a expliqué de même que ce secteur est très développé à l’étranger au point  que des défilés pour les vêtements usagés sont organisés chaque année. D’ailleurs pour cette raison, il compte ouvrir plusieurs points de collecte.

Pour Moncef Barcous, il s’agit de «  redonner une deuxième vie aux vêtements usagés », et ce d’autant plus que le pouvoir d’achat du Tunisien  est en régression actuellement. Au-delà de l’aspect commercial, le projet a une fonction sociale : les personnes nécessiteuses vont en bénéficier : « Les vêtements recyclés leur seront remis emballés et bien présentés pour ces personnes. Il ne s’agit pas d’aumône », précise-t-il.

Revenant sur l’aspect écologique du projet, il a affirmé que les vêtements jetés présentent 70% de la pollution chimique tout en citant l’exemple de la Suède qui mène une bataille contre cette pollution. «  Les grandes usines dans ce pays ont adopté le recyclage. S’ajoute à la cela que le recyclage est régi par une loi gouvernemental  », argument-il.

Moncef Barcous a conclu son intervention en affirmant que les négociations avec des clients étrangers ont déjà commencé.

Il convient de rappeler que les Tunisiens dépensent un montant de 3110 MD annuellement pour  l’achat de vêtements, 30% des vêtements jetés sont dans un état acceptable et pèsent 30 mille tonnes, sans compter que  ces vêtements contiennent  des produits chimiques à hauteur de 70%.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here